Menu


Politique

Pravind Jugnauth souffle le chaud et le froid sur la fuite des relevés bancaires de Ramgoolam


Rédigé par E. Moris le Mardi 22 Octobre 2019



Tout en disant que ce n’est pas bien que des relevés bancaires se retrouvent sur la place publique, le Premier ministre sortant a insisté que la population s’attend à des explications sur les cas maldonne, de vols et des cas de transferts de sommes phénoménales.

Violation du secret bancaire des relevés de Navin Ramgoolam, à qui profite le crime ?

Pour Pravind Jugnauth, la population réclame que les leaders s’expliquent sur ce genre de cas. 

Interrogé sur la candidature d’Ashock Jugnauth, Pravind Jugnauth a rappelé que son oncle est sorti battu à chacune de leurs confrontations.

« Il a été candidat de l’Union nationale et a perdu. Il a été candidat en alliance avec le MMM et s’est fait battre. En 2014, il a été candidat de deux superpuissances, que sont le PTr et le MMM, et s’est fait battre. Puis, tout le monde connait ce que je pourrais appeler son casier judiciaire », a déclaré le leader de l’Alliance Morisien. 

Pravind Jugnauth dit trouver « un joli mouvement » en faveur de l’alliance qu’il dirige, rappelle que les observateurs ont eu tout faux en 2014 et insiste qu’il n’y a jamais eu de sondage des services de renseignements. « C’est totalement faux », a-t-il déclaré. 

À des journalistes, Pravind Jugnauth a déclaré qu’il ne faut pas oublier que son gouvernement est venu avec un projet de réforme électorale.

« Il y a même eu des débats à l’Assemblée nationale. Mais c’est malheureux que l’opposition, dont le vote était requis, n’a pas collaboré et n’a pas donné un coup de main. Je ne peux être tenu à l’impossible », a souligné le Premier ministre sortant. 

Enfin, il a indiqué qu’il ne fait pas des promesses électorales mais prend des engagements.


Violation du secret bancaire : Les propriétaires de presse Sunil Gohin et Lee Shim passibles de 3 ans de prison et d'une amende de un million de roupie s


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.