Menu

Politique

Pravind Jugnauth s’oppose au démantèlement de l’ADSU


Rédigé par E. Moris le Samedi 18 Juin 2022

Pas touche à la brigade antidrogue !



Lors de la Private Notice Question vendredi, le Premier ministre a exprimé la position du gouvernement concernant l’unité chargée du combat contre la drogue. « Nous ne sommes pas convaincus qu’il faille démanteler l’ADSU comme le recommande la commission Lam Shang Leen », a-t-il déclaré. Et toc !

Pravind Jugnauth a expliqué que de janvier 2017 à mai 2022, il y a eu 17 556 délits de drogue qui ont été recensés. Ils ont mené à l’arrestation de 15 771 personnes. La valeur marchande de la drogue pour cette période est estimée à Rs 13,7 milliards. Il a, une nouvelle fois, affirmé qu’il mène croisade contre le trafic de drogue et la mafia de la drogue depuis 2014.

« De manière constante et avec une détermination inégalée, nous démantelons les réseaux de drogue. Les résultats exceptionnels en termes d'arrestations et de saisies de drogue, que j'ai mentionnés précédemment, témoignent du travail colossal en cours pour assainir le pays », a-t-il ajouté. Et de bomber le torse : « Nous n'arrêterons pas cette croisade tant que nous n'aurons pas déniché les trafiquants de drogue de l'antre où ils exercent leur commerce de la mort. Ils seront traduits en justice et mis derrière les barreaux, qui est le seul endroit où ils méritent d'être. » 

À une question de Xavier-Luc Duval, Pravind Jugnauth a déclaré que son gouvernement a fourni à l’ADSU des équipements valant Rs 78 millions en 2018. Et en cas de nécessité, le personnel sera augmenté. Mais ce que l’on retient, c’est que le Premier ministre n’est pas en faveur non plus du démantèlement de la section narcotique de la MRA pour la fusionner à l’ADSU afin de créer une nouvelle entité. C’est ce que préconisait la commission d’enquête sur la drogue. Non, a dit Pravind Jugnauth.

Samedi 18 Juin 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.