Menu


Politique

Pravind Jugnauth fustige ses adversaires politiques mais surtout l’express


Rédigé par E. Moris le Vendredi 2 Août 2019



C’est au Karcher que le Premier ministre s’est attaqué à l’express vendredi soir au collège Universal à Rivière-du-Rempart !

Pravind Jugnauth a mentionné le nom de ce journal plus de fois que ceux de ses adversaires politiques, c’est-à-dire Paul Bérenger et Navin Ramgoolam. En fait dans la première moitié de son discours, lorsqu’il a évoqué certaines des réalisations de son gouvernement, il a critiqué l’express qu’il est allé jusqu’à accuser d’antipatriotisme. 

En parlant du jour férié qu’il a accordé au lendemain de la cérémonie de clôture des Jeux des îles, il a critiqué l’express pour avoir déploré cette décision.

En évoquant le jugement historique de la Cour international de justice sur les Chagos, il a dénoncé certaines prises de position de ce journal. Idem concernant le jugement favorable qu’il a obtenu du Privy Council dans l’affaire Medpoint !

« Ils sont allés jusqu’à prédire des choses. Comme s’il y avait des Law Lords dans l’express », a ironisé Pravind Jugnauth. 

Pour le Premier ministre, le gouvernement actuel « est en communion avec le peuple ». Pour lui, la majorité silencieuse saura juger et faire la différence. D’autant, a-t-il souligné, que l’alliance MSM-ML a obtenu nombre de victoires, notamment lorsqu’il a mis un terme aux frasques de l’ancien gouvernement travailliste.

Et Pravind Jugnauth d’évoquer les affaires Betamax et CT Power où l’État mauricien a obtenu gain de cause devant la Cour suprême et le Privy Council respectivement.

Il a sorti l’artillerie lourde, à ce moment-là, contre les Rouges. Il a accusé l’ancien gouvernement d’avoir fait perdre de l’argent au pays et d’avoir favorisé ses proches. « La justice l’a reconnu. Le PTr était dans l’illégalité dans le cas Betamax, comme CT Power », a-t-il souligné.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.