Menu


Faits Divers

Pravind Jugnauth fait arrêter l'ancien ambassadeur Ravin Lochun pour la publication d'une photo


Rédigé par E. Moris le Vendredi 10 Juillet 2020



Ce n'est un secret pour personne, le Premier ministre Pravind Jugnauth et le gouvernement, sont régulièrement ciblés par les internautes. Les scandales à la pelle suscitent indignation face à l'oppression d'un régime totalitaire et la révolution se fait via le numérique.

C'est ainsi que Ravin Lochun, ancien député du MMM et ambassadeur de Maurice à Madagascar, a été arrêté par la Cyber Crime Unit le jeudi 9 juillet, à la suite d'une plainte du Premier ministre.

Pravind Jugnauth, susceptible comme un poux, l’accuse d’avoir manipulé une photo de lui  le montrant entouré de lingots d’or. Une caricature qui rappelle la bande dessinée de Walt Disney, l'Oncle Picsou et tous ses sous !

Sur sa page, en légende " Motto de Pinokio : Anou kas fess autant ki nou kapav après nou lève paker nou aller."

De ce fait, Ravin Lochun, âgé de 75 ans, a été inculpé de «Breach of Icta» devant la Cour de Rose-Hill ce vendredi 10 juillet. Il a fourni une caution de Rs 8000 et signé une reconnaissance de dette de Rs 50 000 pour sa remise en liberté conditionnelle. Il est représenté par Me Nilkant Dulloo.

Rappelons qu'au mois d'avril dernier, il a été reproché à Rachna Seenauth d’avoir publié sur son compte Facebook, une parodie montrant une rencontre entre le Premier ministre, Pravind Jugnauth et d’autres leaders internationaux pour connaître ses "astuces" sur la gestion du Covid-19. Rappelons qu'il n'y aucun cas de Covid-19 depuis trois jours à Maurice selon les autorités. 

La secrétaire de l’ancien Président de la République a passé la nuit en cellule libérée sous une caution de Rs 7 000.

 




1.Posté par La faim le 10/07/2020 16:28
Il n’y a que la vérité qui blesse Mr Jugnauth

2.Posté par La faim le 10/07/2020 16:28
Il n’y a que la vérité qui blesse Mr Jugnauth

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.