Politique

Pravind Jugnauth a quitté le pays hier soir, direction Vienne

Mercredi 13 Mars 2019

Photo illustration.
Photo illustration.
A peine les célébrations du 51e anniversaire de la fête nationale terminées, le Premier ministre Pravind Jugnauth a quitté le pays en vue de participer à la 62e session ministérielle de la Commission of Narcotic Drugs (CND) organisée par l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (UNODC) qui a lieu à Vienne, le jeudi 14 et vendredi 15 mars. 

Il est accompagné de son épouse, de l’Acting Permanent Secretary Pramode Neerunjun et de son conseiller Raj Meetarbhan.

Au programme de cette réunion ministérielle, la détection de la drogue synthétique et les mesures pour éviter la prolifération du VIH-Sida parmi les femmes toxicomanes.

Ironie de la situation ou pas, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, et celle du ministre de la Santé, Anwar Husnoo, lors de l'ouverture du  17e colloque VIH/Sida océan Indien, qui se tenait à Balaclava le 20 novembre dernier avaient brillé par leur absence. 

Pour rappel, Nicolas Ritter, directeur exécutif de Prévention Information Lutte contre le Sida (PILS), avait déploré l'absence du chef du gouvernement et de son collègue et s'interroge sur les priorités du pays concernant le VIH, la lutte contre la drogue et les hépatites. 

Quelque 125 délégués des pays membres de la Commission de l’Océan Indien, notamment les Comores, Madagascar, La Réunion, Seychelles, Rodrigues, et Maurice avaient participé à cet événement dont d’éminents professeurs de France tels que le Dr Jean Claude Tardy, virologue à Lyon, le Professeur Laurence Weiss, immunologiste à Paris, le Professeur Stanislas Pol, hépathologue à Paris, le Dr Françoise Linard, psychiatre à Paris, et le Dr David Mete, addictologue de La Réunion.   

17e colloque VIH-SIDA Océan Indien, le Premier ministre et le ministre Husnoo aux abonnés absents.

 



 


Rédigé par E. Moris le Mercredi 13 Mars 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.