Politique

Pravind Jugnauth à la BBC : Maurice a été menacé par la Grande-Bretagne sur le dossier Chagos

Mardi 28 Août 2018

Pravind Jugnauth à la BBC : Maurice a été menacé par la Grande-Bretagne sur le dossier Chagos
« La Grande-Bretagne nous a menacés de représailles commerciales et diplomatiques. » 

C’est ce qu’a déclaré Pravind Jugnauth à la BBC, qui a posté un article sur toute l’affaire Chagos sur son site web.

Ce n’est pas la première fois que le Premier ministre mauricien affirme que notre pays a reçu des menaces depuis que la décision de rechercher un avis consultatif de la Cour internationale de justice a été prise. 

Pravind Jugnauth aurait aussi concédé avoir reçu un appel de Boris Johnson, lorsque ce dernier était secrétaire d’État britannique aux affaires étrangères, pour lui mettre la pression. 

L’auteur de l’article a aussi sollicité le British Foreign Office. Une des porte-parole, qui a requis l’anonymat, a déclaré que la Grande-Bretagne est déçue de la décision de Maurice de porter cette dispute devant la Cour internationale de justice.

Il y a un usage inapproprié du mécanisme d’avis consultatif de la cour internationale de justice et un dangereux précédent, a-t-elle indiqué. 

Et d’ajouter que même si la Grande-Bretagne ne reconnaît pas la souveraineté de Maurice sur l’archipel des Chagos, elle a pris l’engagement de lui retourner ce territoire quand il ne sera plus utile sur le plan de la défense. 

L’article revient aussi sur le détachement des Chagos du territoire mauricien, afin de permettre aux Américains d’installer une base militaire sur Diego Garcia.

Sir Anerood Jugnauth, présenté comme le dernier survivant des négociations de l’époque, a indiqué que le Premier ministre britannique d’alors, Harold Wilson, se serait livré à un chantage. Les Chagos ou l’indépendance, aurait-il dit, selon SAJ.

Rédigé par E. Moris le Mardi 28 Août 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.