Menu


Politique

Pravind Jugnauth , le mauvais élève ! Il maintient que c’est son gouvernement qui a enclenché les démarches avec le Japon


Rédigé par E. Moris le Samedi 6 Avril 2019



Juin 2013. L'ambassadeur du Japon, Ryuhei Hosoya, et l'ancien Premier ministre Navin Ramgoolam.
Juin 2013. L'ambassadeur du Japon, Ryuhei Hosoya, et l'ancien Premier ministre Navin Ramgoolam.
La campagne électorale est lancée avec des tirs plus ou moins grotesques. Après avoir affirmé non sans rire, "être le père des Mauriciens" lors d'une lors d’une cérémonie de l’Arya Sabha Mauritius à Barlow, dans la circonscription no 7 ce samedi matin.

Le Premier ministre est catégorique après l'inauguration du nouveau radar Doppler de météo Maurice, il maintient que c’est son gouvernement qui a enclenché les démarches avec le Japon.

Il avance que c’est Sir Anerood Jugnauth, alors Premier ministre, qui avait entamé les procédures pour la reconstruction du radar, détruit par le cyclone Dina en 2002.

Comme à son habitude, il a taclé le Parti travailliste pour n’avoir rien fait durant son mandat entre 2005 à 2009.

« Zot pan fair nanien, absolument nanien » .
Selon Pravind Jugnauth, c'est lors de son arrivée au pouvoir que les choses se sont activés pour la construction d’un nouveau radar à Trou-aux-Cerfs. La signature d’accord avec le Japon a été signé en juillet 2015 sous son gouvernement.

La Rédaction de ZINFOS MORIS souhaite rendre à César ce qui appartient à César. Non monsieur le Premier ministre, à vous entendre tout a été fait sous votre gouvernement et tel n'est absolument pas le cas. 

Pour rappel, un premier accord a été signé entre le secrétaire au cabinet, Suresh Seebaluck et l’ambassadeur du Japon, Ryuhei Hosoya, en juin 2013. Cérémonie qui s’était déroulée en présence du Premier ministre d’alors, Navin Ramgoolam. (voir photo).

Lire également : Le radar de Trou-aux-Cerfs officiellement opérationnel.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.