Menu



Politique

Pourquoi le directeur de l’Audit n’a-t-il pas recherché l’avis de l’Attorney General ?


Rédigé par E. Moris le Mardi 30 Mars 2021



C’est la question posée par le leader de l'Opposition lors de la Private Notice Question ce matin au Parlement. Elle était axée sur l’une des contraintes évoquées par le directeur de l’Audit dans son rapport pour l’année financière 2019-2020. Sunil Romooah avait déploré le fait que ses officiers n’aient pas eu accès au contrat liant la police et Mauritius Telecom concernant le projet Safe City. 

Pravind Jugnauth a donné une longue réponse liminaire dans laquelle il explique que dans une lettre adressée à la police, l’Audit ne fait nullement mention que le fait de ne pas avoir eu accès à ce document posait problème. « Soulignons que dans cette Management Letter en date du 15 janvier 2021, il n’y a aucune mention de cet accord mutuel de non-divulgation. En fait, au paragraphe 10, le bureau de l’Audit se réjouit de la coopération et de la collaboration de la police », a précisé Pravind Jugnauth. 

Ce n’est, affirme le chef du gouvernement, que lors d’une rencontre (exit meeting) avec les responsables de la police, le 10 février dernier, que le sujet a été évoqué. « Le président de la rencontre a expliqué qu’il ne serait pas légal de fournir une copie du contrat en raison de la clause de non-divulgation et que l’avis de l’Attorney General doit être recherché sur la question », a indiqué le Premier ministre. 

Pravind Jugnauth a insisté que selon les dispositions de la loi (Audit and Finance Act), le directeur de l’Audit, en cas de doute ou d’écueil, peut demander un avis légal à l’Attorney General’s Office. Pour le Premier ministre, il n’y a pas eu une telle démarche de la part de Sunil Romooah. Pour lui donc, la question d’actions disciplinaires ne se pose pas. 

Xavier-Luc Duval a insisté que c’est la toute première fois que l’Audit n’a pas eu accès à des documents alors que des sommes astronomiques ont été versée. Il s’est aussi étonné de la réponse du Premier ministre. Il a soutenu que l’avis légal émis par le bureau de l’Attorney General doit passer par ce dernier, qui n’est pas indépendant. Pour lui, si l’Audit n’a pas eu accès à ce contrat, c’est pour cacher le fait que des « paiement louches » ont été effectués en faveurs d’intermédiaires. 

Des allégations vivement dénoncés par Pravind Jugnauth. Le Premier ministre a insisté que tous les paiements ont été effectués par l’Accountant General. C’est la raison pour laquelle, a indiqué le Premier ministre, la police a référé les officiers de l’Audit à l’Accountant General. « Il n’y a aucune information qui laisse penser que l’Audit a tenté d’avoir des informations auprès de l’Acountant General », a déclaré Pravind Jugnauth.

Pour Pravind Jugnauth, le directeur de l’Audit n’a pas pris au sérieux la nécessité de consulter l’Attorney General’s Office sur la question d’un accord mutuel de non-divulgation.

Mardi 30 Mars 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.