Menu


Société

Pour relancer le tourisme, Maurice mise sur le retour d'une clientèle haute de gamme, à l'étranger ce sont des prix cassés pour les locaux


Rédigé par E. Moris le Samedi 6 Juin 2020

Maurice est toujours à la recherche du retour des touristes alors que les frontières sont encore fermées, les plages interdites et que Air Mauritius traverse de grosses zones de turbulence.



Pourtant des efforts, il y en a pour pallier à la crise. Les hôteliers ont pris les devants en se tournant vers la clientèle mauricienne en attendant la réouverture de l’espace aérien. Sauf que nous sommes en plein hiver, que la crise a secoué les portes monnaies et que les ridicules rabais des hôtels et restaurants n'attirent pas les locaux.

Consommé oui mais de façon plus réfléchie. Un facteur qui échappe encore aux organismes du tourisme mauricien.

Des imposteurs à la tête du secteur du tourisme à Maurice


Le ministre des Finances, Renganaden Padayachy, a annoncé dans la lecture du budget 2020-2021, des mesures de sparadrap pour stopper l'hémorragie. L'accord avec le Liverpool Football Club (LFC) pour la promotion de Maurice comme destination touristique ne redonne pas le sourire aux professionnels, bien au contraire. Tout comme privilégier une clientèle haute de gamme, en facilitant l'accès aérien aux jets-privés n'est pas en soit une révolution, puisque ce service existe déjà. D'ailleurs c'est ainsi que dans les années 80, l'île Maurice s'est fait connaître comme une destination exclusive en attirant les stars, rois et princesses de la planète.

Vouloir miser uniquement sur une clientèle riche alors que le monde a changé, n'a non seulement aucun sens mais c'est un pari risqué. Le pays n'a pas droit à l'erreur ni aux "expérimentations". L'heure n'est pas de jouer à la roulette russe dans un secteur qui est en grande difficulté.

La majorité des hôtels à Maurice n'accueille pas de clients "hauts de gamme". Si c'est pour redistribuer aux mêmes groupes hôteliers autant fermer la porte.

Ailleurs, en raison de la pandémie de Covid-19, les arrivées de touristes étrangers se sont taries du jour au lendemain. Pour tenter de redonner vie à ce secteur complètement exsangue, les autorités s’apprêtent à lui donner un coup de pouce sans précédent.

Au Japon, par exemple, tout le monde pensait que l’année 2020 serait celle de la grande prospérité pour le secteur du tourisme, avec les Jeux Olympiques d’été initialement prévus en juillet et en août. Confiantes, les autorités japonaises comptaient même atteindre la barre des 40 millions de visiteurs étrangers cette année.

Or, l’épidémie de Covid-19 ayant tout emporté, le secteur ressemble désormais à un champ de ruines. Selon le journal économique Nikkei, seuls 2 900 touristes étrangers ont visité le pays en avril, chiffre en chute de 99,9 % par rapport à avril 2019.

50 % de réduction sur les chambres d’hôtel.

Pour sauver le secteur, le gouvernement japonais a dégagé un budget de 1 700 milliards de yens pour lancer une série de mesures de soutien, rapporte l’Asahi Shimbun. Appelé Go to Travel Campaign, ce projet consiste à distribuer des coupons permettant d’avoir une réduction de 50 % sur le prix des chambres.

Des touristes en provenance de l’étranger, toujours interdits d’entrée aux États-Unis, un propriétaire de casino a trouvé la parade en offrant des billets d'avion pour inciter les Américains à revenir jouer.

Le temple des jeux d'argent aux États-Unis a ouvert ses portes, après deux mois de fermeture et tout est bon pour faire revivre les célèbres casinos de Las Vegas. Pour motiver les clients à venir tenter leur chance, et tenter de rattraper les pertes économiques, Derek Stevens, qui possède un hôtel et un casino dans la ville la plus célèbre du Nevada, a décidé d’offrir 1000 billets d’avion — des allers simples — au départ d’une vingtaine de grandes villes des États-Unis. 

“Vegas a besoin de ses touristes, nous voulons que les gens reviennent”, a-t-il expliqué à une chaîne de télévision locale. 

Son projet a rencontré un succès immédiat avec des billets qui se sont écoulés en à peine quelques heures.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.