Justice

Pour l’Attorney General, Dev Hurnam n’est pas une personne de bonne réputation

Mardi 4 Juin 2019

Capture d'écran
Capture d'écran
« Au village sans prétention, j’ai mauvaise réputation… » Dev Hurnam peut sans problème entonner la chanson de George Brassens !

Car pour l’Attorney General, il n’est pas de bonne moralité et n’est donc pas apte à réintégrer le barreau mauricien. C’est dit noir sur blanc !

Radié du barreau le 28 janvier 2008, Dev Hurnam a fait une demande en cour suprême pour que son nom soit de nouveau inscrit sur la liste des avocats. Afin évidemment qu’il puisse exercer de nouveau ! Sauf que l’Attorney General conteste  cette démarche.

Dans un affidavit juré par son représentant, l’Attorney General soutient que Dev Hurnam n’a pas démontré son aptitude à réintégrer le barreau. Il s’appuie sur la nature du délit pour lequel il a été déclaré coupable mais surtout les répercussions d’une réintégration sur la réputation de la profession légale. La motion a été appelée lundi. Elle vise l’Attorney General et la Mauritius Bar Association.

Soulignons que si l’Attorney General résiste à la motion, la MBA, de son côté, s’en remet à la décision de la cour.

Rappelons que le 11 août 2003, Dev Hurnam avait été trouvé coupable d’entente délictueuse par la cour intermédiaire pour avoir fabriqué un alibi à l’un de ses clients impliqué dans un braquage de banque. Condamné à six mois de prison, il a fait appel du verdict et obtenu gain de cause en cour suprême.

Mais le Directeur des poursuites publiques, à son tour, a fait appel du jugement d’acquittement et en 2007 le Conseil privé a renversé le jugement et rétablit la peine de six mois de prison infligée par la cour intermédiaire. De ce fait, le nom de Dev Hurnam a été rayé de la liste des avocats mauriciens.

Pour l’instant, l’homme de loi peut faire une nouvelle demande d’admission, ce dont il ne veut pas. 

Rédigé par E. Moris le Mardi 4 Juin 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.