Menu


Justice

Pour l’Attorney General, Dev Hurnam n’est pas une personne de bonne réputation


Rédigé par E. Moris le Mardi 4 Juin 2019



Capture d'écran
Capture d'écran
« Au village sans prétention, j’ai mauvaise réputation… » Dev Hurnam peut sans problème entonner la chanson de George Brassens !

Car pour l’Attorney General, il n’est pas de bonne moralité et n’est donc pas apte à réintégrer le barreau mauricien. C’est dit noir sur blanc !

Radié du barreau le 28 janvier 2008, Dev Hurnam a fait une demande en cour suprême pour que son nom soit de nouveau inscrit sur la liste des avocats. Afin évidemment qu’il puisse exercer de nouveau ! Sauf que l’Attorney General conteste  cette démarche.

Dans un affidavit juré par son représentant, l’Attorney General soutient que Dev Hurnam n’a pas démontré son aptitude à réintégrer le barreau. Il s’appuie sur la nature du délit pour lequel il a été déclaré coupable mais surtout les répercussions d’une réintégration sur la réputation de la profession légale. La motion a été appelée lundi. Elle vise l’Attorney General et la Mauritius Bar Association.

Soulignons que si l’Attorney General résiste à la motion, la MBA, de son côté, s’en remet à la décision de la cour.

Rappelons que le 11 août 2003, Dev Hurnam avait été trouvé coupable d’entente délictueuse par la cour intermédiaire pour avoir fabriqué un alibi à l’un de ses clients impliqué dans un braquage de banque. Condamné à six mois de prison, il a fait appel du verdict et obtenu gain de cause en cour suprême.

Mais le Directeur des poursuites publiques, à son tour, a fait appel du jugement d’acquittement et en 2007 le Conseil privé a renversé le jugement et rétablit la peine de six mois de prison infligée par la cour intermédiaire. De ce fait, le nom de Dev Hurnam a été rayé de la liste des avocats mauriciens.

Pour l’instant, l’homme de loi peut faire une nouvelle demande d’admission, ce dont il ne veut pas. 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.