Politique

Pour Ramgoolam, la GGIRA a été faite pour bafouer ses droits

Mercredi 11 Septembre 2019

Le leader du PTr était en cour suprême ce matin, dans le cadre de sa plainte visant à contester la Good Governance and Integrity Reporting Act.

Dans ladite plainte, il soutient que cette loi a été écrite « sur mesure » et de façon à « porter atteinte » à ses droits constitutionnels.

L’action est dirigée contre l’État. L’Integrity Reporting Services Agency est citée comme co-défenderesse dans cette affaire. Ce sont les juges Benjamin Marie Joseph et Nirmala Devat qui écoutent l’affaire.

Ce matin, en cour suprême, Me Gavin Glover, l’avocat de Navin Ramgoolam, a exprimé son étonnement que les représentants légaux de l’IRSA aient soulevé des objections préliminaires. D’autant que l’ancien Premier ministre, a-t-il souligné, formulé de requête précise contre l’IRSA.

Me Hajee Abdoula, représentant de l’IRSA, a indiqué que c’est la décision du plaignant d’inclure l’organisme comme partie à cette affaire.

Les juges ont alors demandé aux deux parties de débattre de la question le 11 novembre 2019. 

Rédigé par E. Moris le Mercredi 11 Septembre 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.