Menu

Politique

Police : « Nous avons un commissaire qui a déjà été arrêté », rappelle Bérenger


Rédigé par E. Moris le Samedi 3 Décembre 2022

Xavier-Luc Duval, Paul Bérenger et Nando Bodha étaient face à la presse ce matin.



Les trois dirigeants de l’entente l’Espoir ont évoqué l’importance de la police en tant qu’institution. Paul Bérenger a été le plus virulent.

« Vous rendez-vous compte que nous avons un commissaire de police qui a déjà été arrêté par cette même police ? Nous sommes très critiques envers la police et le commissaire. Mais nous lui disons qu’il n’est pas trop tard. Compte tenu de l’importance d’une police dans une démocratique, nous n’avons pas le droit de dire qu’il est déjà trop tard », a-t-il affirmé. D’où son appel au commissaire de police pour qu’il se ressaisisse et qu’il prenne les actions nécessaires. « Cela, même si nous avons des doutes sur sa volonté et sa capacité de faire ce qu’il faut. Mais c’est son devoir », a déclaré le leader du MMM. 

Pour Nando Bodha, il était déjà impensable que le commissaire de police ait agi sur une base intérimaire Durant tout ce temps. « Il devait aller rencontrer le Premier ministre. Qu’est-ce qu’il devait lui dire ? Quand allez-vous me titulariser ? » Pour le leader du Rassemblement Mauricien, il est important de venir avec une Constitution Appointments Committee. Cela, afin d’avoir une personne respectée à la tête de la police. Quant à Xavier-Luc Duval, il a fait le parallèle avec l’Allemagne. « Là-bas, un policier est formé pendant 3 ans avant d’être mis sur le terrain. Ici, c’est 6 mois. En Allemagne, le policier est équipé. Dans sa voiture, il a ce qu’il faut pour effectuer un prélèvement d’ADN. Il nous faut comprendre pourquoi la formation dure 3 ans. C’est la raison pour laquelle le policier allemand fait le travail de 10 policiers mauriciens », a-t-il déclaré. Et Paul Bérenger de conclure que le MSM est en train de pourrir toutes nos institutions. Et la police en fait partie…

Samedi 3 Décembre 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.