Menu


Société

Polémique : Des étrangers autorisés à rentrer à Maurice pour raisons professionnelles


Rédigé par E. Moris le Jeudi 30 Juillet 2020

Kailesh Jagutpal : "Certains étrangers autorisés à rentrer au pays".



La polémique enfle après la déclaration du ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal. Ce dernier concède que des autorisations sont accordées à certains étrangers qui viennent à Maurice pour des raisons professionnelles. 

Hier 29 juillet, lors du lancement des activités dans le cadre de la Journée mondiale de l’hépatite, à l’hôpital Jeetoo, Kailesh Jagutpal a affirmé qu’une équipe de tournage de film a déjà obtenu les autorisations requises pour venir à Maurice. En effet, c'est à bord d'un jet privé que le 23 juillet dernier, qu'une partie des membres du tournage a atterrit à Maurice. Selon le ministre,  les frais sont pris en charge par la compagnie et non pas par le gouvernement.

Des conditions sont cependant attachées. Ces étrangers ont l’obligation de respecter toutes les mesures sanitaires établies par le gouvernement ainsi que de payer les frais de quarantaine. 

Alors que des Mauriciens sont toujours privés du droit de sol depuis quatre mois, et bien souvent en grande détresse, en témoigne les plaintes adressées au gouvernement. Il faut croire que les étrangers sont privilégiés au détriment des Mauriciens, n'en déplaise à la fibre "patriotique" autoproclamée des membres du gouvernement.

A noter que 5400 mauriciens ont été rapatriés selon le ministre Nando Bodha. Il a également annoncé que tout est mis en œuvre pour l’ouverture de nos frontières dans les meilleures conditions.
 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.