Politique

Plusieurs pages ont été arrachées de deux agendas de la State House

Jeudi 25 Octobre 2018

Les propos d’Usha Kissoon pourront avoir l’effet d’une bombe. La Confidential Secretary à la State House a déclaré au juge Asraf Caunhye et ses deux assesseurs que des pages ont été arrachées de deux agendas officiels de la Présidence.

Elle a même produit les agendas en question. C’est après la date du 19 mars 2018 que se situent les pages manquantes. Usha Kissoon a aussi précisé que l’ordinateur portable sur lequel elle travaillait ne contenait plus aucune donnée. 

Le juge Asraf Caunhye s’est aussi intéressé au Réduit Appeal Fund. Sur cet aspect, Motichand  Seebah, secrétaire à la Présidence, a confirmé que certaines dépenses effectuées à partir de ce fonds ont été autorisées par l’ancienne présidente Ameenah Gurib-Fakim.

Il a aussi indiqué que le Women’s Forum, organisé en juin 2016, a été financé grâce à une levée de fonds effectuée par Dass Appadoo avec l’aide de 32 participants. Il avait organisé un dîner. 

Planet Earth Institute, selon Motichand Seebah, a fait un don de Rs 3 millions alors qu’IBL a contribué Rs 175 000, le groupe Currimjee Rs 250 000, Lux Resort Rs 200 000, MTML Rs 225,000, Alteo Rs 155 000, Sino Hydro Rs 250 000, Omnicane Rs 250 000, Socota Rs 125 000, Rogers Rs 500 000, Business Mauritius Rs 250 000, Air Mauritius Rs 200 000, le ministère de l’Environnement Rs 1.2 million, le ministère de l’Égalité du genre Rs 2,7 millions… Au total, Rs 9 millions ont été récoltées pour l’événement et seulement Rs 4 millions ont été dépensées. 

Motichand Seebah a souligné que les comptes du Réduit Appeal Fund n’ont pas été audités. D’ailleurs, Nirmala Bheenick, alors Secrétaire à la Présidence, avait émis des réserves sur la façon dont ce fonds est géré. 

Motichand Seebah a aussi révéré qu’en août 2016, Sadna Seechurn, Key Coordinator à la State House, et le chauffeur de la Présidence ont obtenu Rs 246 000 roupies en heures supplémentaires. 

La commission reprend ses travaux jeudi prochain.

Rédigé par E. Moris le Jeudi 25 Octobre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.