Politique

[Piti so Papa] Le discours de Jugnauth Junior à Rivière-du-Rempart,

Vendredi 26 Octobre 2018

Lors du congrès du MSM à la Place Taxi, Rivière-du-Rempart, ce vendredi soir 26 octobre, le leader du MSM a donné «son opinion personnelle» sur le meurtre du petit Ritesh Gobin, 11 ans. Le jeune garçon a été mortellement agressé alors qu'il venait en aide à sa petite soeur par Sachin Teeree le samedi 20 octobre. 
«sa kriminal-la pa vo pou viv lor sa later»
Le leader du MSM n'a pas manqué de revenir sur la photo circulant sur le web d’une photo de son épouse Kobita Jugnauth et du CEO de Mauritius Telecom. 

Cette campagne de dénigrement et de «zet labou» est orchestrée selon lui par ceux qui n’ont aucun argument face au travail qu’accomplit le gouvernement. Menaçant et passablement irrité :
«Pé met fosté lor mo famille. La honte lor zot. Mo koné kisanla sa. Zot atak mo madam, mo bann zenfan. Mo kone ki zot pou mette ankor. Zot pé ekrir lartik lor mo fam. Mo pou manz ar zot.  Me mo pa pou rant dan sa bassesse la».
Le chef du gouvernement trouve également très grave les attaques dans les lieux de culte. Il affirme que les actes de vandalisme contre des temples et autres lieux de cultes dans le village de Triolet durant ces derniers jours sont l’œuvre du Parti travailliste. En référence aux récentes arrestations d’agents rouges avec des affiches illégales.

De très graves allégations qui on l'espère méritent une enquête. Si ceci s'avère vrai, il serait plus que temps que Pravind Jugnauth tienne une conférence de presse au lieu de balancer ce genre d'informations sur la place publique.

Il s'en est pris de nouveau à la presse qui écrit selon lui des « insanités. Pé rode fer enn kominote atak enn lot kominote. Zot pas pou kav met difé dan sa pei la. Mo fer appel ek tou kominote. Pa laisse zot manipule».

A écouter le Premier ministre le problème viendrait encore une fois de la presse qui donne les informations. Des attaques gratuites dès lors que certains médias résistent et ne s'agenouillent pas devant le régime au pouvoir. 
 

 


Rédigé par E. Moris le Vendredi 26 Octobre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.