Justice

Persécution du Bar Council à l'encontre de Sanjeev Teeluckdharry ?

Jeudi 13 Septembre 2018

Tout porte à croire que le fougueux et impétueux Sanjeev Teeluckdharry donne du fil à retordre au Bar Council.


Le Conseil de l’ordre des avocats a envoyé une correspondance ce jeudi matin, à l'étude de l'avocat pour l'informer que par décision unanime, il lui est reproché d’avoir commis un «serious breach» au code de déontologie de la profession.

Le Bar Council a pris la décision de saisir le comité disciplinaire de la Cour suprême pour trancher.

Le secrétaire du Conseil de l'ordre, Yahia Nazroo, explique que lors d’une réunion en début de semaine, le Bar Council a estimé que les explications fournies par l’avocat pour échapper à une convocation n’ont pas été jugées suffisantes.

L’affaire ayant été référée à la Cour suprême, Sanjeev Teeluckdharry risque désormais la suspension de la Mauritius Bar Association.

Toutefois, le Conseil de l’ordre donne une semaine à l’avocat pour justifier pourquoi cette décision ne doit pas être prise.

Cette pression sur leur confrère vient d'un petit groupe d'avocats qui estiment qu’ils sont les victimes collatérales dans la croisade que mènent le député MSM contre l’ex-juge Paul Lam Shang Leen, qui a présidé la commission d’enquête sur la drogue.  

Le Bar Council avait donc convoqué le bouillant député du no 5 en vue d’entendre sa version. 

Mais Me Sanjeev Teeluckdharry a adressé une lettre au président du Conseil de l’ordre des avocats lundi pour rappeler qu’il a logé une action en Cour suprême contre Paul Lam Shang Leen. 

De ce fait, l’affaire est entre les mains de la justice. Et  personne, de surcroît des hommes de loi, ne peuvent faire de commentaires à ce sujet. Ce qui n'est pas faux. 

Lire également :

https://www.zinfos-moris.com/Sanjeev-Teeluckdharry-refuse-la-convocation-du-Bar-Council_a1266.html
 

Rédigé par E. Moris le Jeudi 13 Septembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.