Politique

Paul Bérenger: «Linn grimp lor ledo Anerood Jugnauth pour vinn Premier ministre "par linpost"»

Mardi 5 Novembre 2019

Après Baie-du-Tombeau, le leader du MMM s'est rendu à son dernier congrès à Pavillon, au n°18 (Belle-Rose - Quatre-Bornes), ce mardi 5 novembre.

Les tics de langage de Paul Bérenger sont revenus au galop ce soir, malgré son souhait de faire une campagne propre avec la tête haute, il a de nouveau ciblé le couple Jugnauth père et mère.

Ironie, sa fille Joanna Bérenger, candidate sous la bannière du parti de son père se présente aux législatives, a publié ce soir un long message sous forme vidéo ayant pour thème : "Sak fam konte!". Son père, se moque lui, allègrement de Lady Sarojini qui a soutenu son fils durant la campagne.

A Baie du Tombeau: Paul Bérenger traite Pravind Jugnauth de fils à maman.

Le leader Maximo qui était en alliance avec tous les partis politiques de l'île depuis l'existence de son parti, s'est attaqué à Jugnauth père après avoir déploré que ce dernier ait déclaré qu’il demandera à son fils de «areter ek sa» s’il perd les prochaines élections.

Il a fait ressortir que Pravind Jugnauth n’a pas l’étoffe d’un Premier ministre, poste qu’il a hérité de son père :“Linn grimp lor ledo” d’Anerood Jugnauth pour accéder au poste de Premier ministre “par linpost”.

“Kan to pou vinn zhom? Kan to pou grandi?” 

Il n’a pas manqué non plus de fustiger Navin Ramgoolam pour avoir abandonné la circonscription n°5, où son père a été candidat depuis 1948, pour la circonscription n°10.  Un brin revanchard, le leader du MMM a aussi critiqué le PTr pour son alliance avec le PMSD, alors que les rouges et les bleus avaient annoncé qu’ils se présenteraient seuls aux élections.
 
A noter que Paul Bérenger qui sera candidat au no 19 (Stanley/Rose-Hill), a réaffirmé qu’il ne comptait pas faire d’alliance ni avec l’Alliance Morisien de Pravind Jugnauth, ni avec l’Alliance Nationale de Navin Ramgoolam.
«

Rédigé par E. Moris le Mardi 5 Novembre 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.