Menu


Politique

Parlez lui de l'affaire Angus Road, il vous parlera du frère d'Arvin Boolell !


Rédigé par E. Moris le Mardi 3 Novembre 2020



Le leader de l’opposition n'a peut-être pas tort en déclarant que l’affaire Angus Road « est le scandale du nouveau siècle.»

La réponse du Premier ministre à la Private Notice Question sur l’affaire Angus Road a été brève. Très brève même ! Pravind Jugnauth a indiqué que son bureau a contacté l’Icac qui a répondu que l’enquête est en cours et que l’organisme ne pouvait révéler aucune information, selon la section 81(2) de la Prevention of Corruption Act. Une réponse commode que le Premier ministre, quelque peu gêné tout de même, a répétée en deux occasions au Parlement. Arvin Boolell a tenté de tirer les vers du nez de Pravind Jugnauth et même de le pousser à répondre quelque chose. En vain ! 

Boolell: «Shame on the Prime Minister». Pravind Jugnauth n'est pas un «dignified Prime Minister ».

Voyant que le chef du gouvernement refusait de fournir des détails sur l’évolution de l’enquête, Arvin Boolell a fait ressortir que Pravind Jugnauth ne fait pas honneur au poste de Premier ministre, et lui a demandé de démissionner.

Piqué au vif, Pravind jugnauth est sortit de ses gonds pour faire une attaque personnelle, qualifiée d'indécente par Arvin Boolell.  « Si je suis la logique du leader de l’opposition, laissez-moi vous rappeler l’affaire Sun Tan où l’on reprochait au DPP de conflits d’intérêts. Est-ce que le DPP aurait lui aussi dû step down ? », a répliqué Pravind Jugnauth. 

Tout en rappelant que le poste de directeur des Poursuites publiques (DPP) est un poste constitutionnel, Pravind Jugnauth a déclaré que les « standards » devraient davantage être appliqués. Reprenant la phrase de Badhain: « Il doit être plus que la femme de César dans ce cas », a avancé le chef du gouvernement. Un commentaire qui a provoqué une onde d'indignation du côté des membres de l’opposition. Rappelons que le DPP, Satyajit Boolell, n’est autre que le frère du leader de l’opposition.

Une déposition à l’ICAC en 2011, qui n'a à ce jour, donnée aucune suite...

Rappelons que la petite bombe est venue de Roshi Badhain, lors d'un congrès à Rose-Belle, le 7 août dernier:  «Kifer enn dimounn dan Langléter pou pey Rs 20 millions a enn lot dimounn dan Langléter pou dé zanfan miner enn politisien vinn propriyéter enn térin dan Moris?»

Roshi Bhadain avait révélé qu’un terrain de 7 023 mètres carrés avait été acheté à Angus Road, à Vacaos, au cours d’un deal entre deux personnes en Grande-Bretagne et transféré, bien des années plus tard, aux noms de deux des filles du Premier ministre.

Le leader du Reform Party soutient que le terrain en question jouxte la résidence du Premier ministre. La superficie est de deux arpents. Un montant de Rs 20 millions aurait changé de mains, selon Roshi Badhain, suite à cette transaction. Le leader du Reform Party dit aussi avoir donné des précisions à ce sujet à la Commission anticorruption et que certaines autorités britanniques enquêtent aussi sur l’affaire.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.