Menu

Politique

PTr : place à la foire d’empoigne cet après-midi


Rédigé par E. Moris le Vendredi 8 Avril 2022

Les membres du bureau politique du PTr seront au Caudan Arts Centre cet après-midi. Navin Ramgoolam va mettre le nez hors de la maison. Ce sera sa première sortie depuis ses soucis de santé.



Nul besoin de dire qu’il y est forcé. L’hypocondriaque qu’il est, davantage que le personnage de Danny Boon, doit rechigner à aller se frotter avec autant de monde… même si ce sont ses partisans. Néanmoins, cette réunion va permettre de sceller le sort des négociations avec l’entente L’Espoir. Le PTr devra décider si les négociations vont se poursuivre.

Tous les imbéciles vêtus de rouge vont débattre et vont faire accroire qu’ils sont les favoris des prochaines municipales et même législatives. Mais les dirigeants, eux, ne sont pas dupes. Une lutte à trois équivaudrait à faire prendre au PTr un abonnement au Karo Kann. Même Ramgoolam, malgré ses fanfaronnades, va devoir y planter sa tente. Donc, quoi qu’en diront les membres du bureau politique, il faudra aux rouges trouver un moyen de relancer les négociations.

 

Personne ne sait ce que donnera une lutte à trois aux municipales ! Surtout que les citadins ont changé. Ils ne vont pas, comme dans les années 70 à 2000, voter de façon à subir les foudres du gouvernement. L’époque a changé. Dans l’éventualité d’une lutte à trois, mais même à deux, l’abstention pourrait être monstrueuse et accorder un boulevard au gouvernement. Surtout que le MSM, tout comme le PTr, n’a aucun scrupule quant à l’utilisation politique des fonds publics en campagne électorale. Qu’il le veuille ou pas, propos de Bodha ou pas, Ramgoolam est dam tigre. Il n’a pas mille options. Shakeel Mohamed, à la limite, peut se permettre une lutte à trois. Il a plus de chances que son leader, dans cette éventualité, de se faire élire au no 3. Nous reviendront plus en détail ce week-end.

Vendredi 8 Avril 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.