Menu

Politique

PTr : Un bureau politique qui peut tout changer


Rédigé par E. Moris le Mardi 5 Avril 2022



C’est le bureau politique de la dernière chance, dit-on. Du moins en ce qui concerne les discussions d’alliance avec la plateforme L’Espoir. Mais c’est bien mal connaître le PTr. Ses instances sont des véritables foires d’Empeigne. D’ailleurs, c’est à demander si il aura bien lieu.

D’abord, il y a le leader rouge qui sort le moins possible. Rappelons que la dernière fois que Navin Ramgoolam a présidé une réunion du bureau politique, c’était le 19 juillet 2021. Il y avait une autre réunion le 16 septembre mais Ramgoolam était alors en Inde, luttant contre la mort. Rencontrer ses troupes n’est pas sa priorité... du moins pour le moment. 

Ensuite, il y a le problème du lieu. Le quartier général du PTr aux Salines ne peut contenir plus de 30 personnes. D’autant qu’il y a la distanciation physique à observer. Il ne se prête pas à une une scène de marché central un samedi matin. Patrick Assirvaden, le président des rouges, est en quête d’un lieu. Mais les députés, il faut le dire, ne sont pas prompts à mettre la main à la poche. Il faudrait trouver un généreux donateur.

Enfin, lorsque tout un chacun va dire le fond de sa pensée, sur la question d’alliance éventuelle, il n’est pas sûr que l’on arrive à une décision finale. D’ailleurs, les membres et dirigeants peuvent dire et penser tout ce qu’ils veulent, la question d’alliance est prise par le leader. Donc, si Navin Ramgoolam décide d’aller en alliance, personne ne s’érigera en obstacle… au risque d’être broyé. Il faut aussi souligner que les leaders ont recours aux membres et dirigeants pour les conforter dans leurs décisions. De ce fait, on voit mal les membres du PTr, qui pensent que leur parti est « plus fort que jamais » (phrase de Bérenger) venir pousser à une alliance avec L’Espoir.

Mardi 5 Avril 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.