Menu

Politique

PNQ : dialogue de sourds entre Padayachy et Duval


Rédigé par E. Moris le Mardi 5 Avril 2022



Il sait jouer de la mauvaise foi le Renganaden Padayachy… Tout comme Xavier-Luc Duval d’ailleurs. Ce qui fait que la tranche de la Private Notice Question a donné lieu à un dialogue de sourds, du moins lorsque les piques et les coups bas ne volaient pas. On se serait presque cru dans « Le secret des poignards volants », le titre anglais étant plus parlant : « The house of the flying daggers ». 

Rappelons que Xavier-Luc Duval a axé sa question sur la cherté du coût de la vie et son impact sur la population. Il a été machiavélique jusqu’à lister une série de mesures qui, selon lui, le gouvernement devraient implémenter. Il a demandé au ministre des Finances s’il comptait venir de l’avant avec ces propositions qui, bien évidemment, vont soulager les consommateurs. 

Ces mesures sont populaires, voire populistes. Elles vont de la réduction de certaines taxes sur le carburant jusqu’à l’augmentation des pensions, en passant par un plan d’aide aux familles, des obligations d’épargnes non soumises aux augmentations des coûts, l’extension des subventions à d’autres produits et la réduction des marges de profit des importateurs sur les produits subventionnés. 
Renganaden Padayachy n’est pas tombé dans le piège. Il a d’abord ciré les pompes du Premier ministre au sujet d’une philosophie qu’il est le seul à voir.

Il a ensuite évoqué les mesures prises durant la pandémie. Et lorsqu’il est revenu à la question, il a déclaré que mes mesures seront étudiées par son ministère. Puis, premier coup bas, il est revenu en 2008, lorsque Xavier-Luc Duval était ministre du Tourisme et non des Finances. Il a rappelé que la compensation que les Mauriciens ont obtenue était dérisoire car ils gagnaient peu. Il a expliqué que la pension de vieillesse était de Rs 2 802, que beaucoup de chefs de famille ne percevaient pas plus de Rs 8 000 et qu’il n’y avait pas le salaire minimum. 

Xavier-Luc Duval a répliqué qu’en 2010-2011, lorsque Pravind Jugnauth était ministre des Finances, il avait octroyé la pire compensation salariale de toute l’histoire du pays, soit Rs 100. Il a accusé le ministre des Finances de faire de la politique politicaille sur un sujet aussi sensible. 

À chaque question du leader de l’opposition, le ministre des Finances est revenu sur 2008. Sur celle concernant les taxes sur les carburants, Renganaden Padayachy a déclaré que c’est ce qui permet au gouvernement de venir avec des subsides sur nombre de produits utilisés par la population. Xavier-Luc Duval a répliqué que c’est aussi ce qui a permis à nombre de ministre d’aller à Dubai Expo, le scandale Molnupiravir et le projet Côte d’Or, qu’il a décrit comme un éléphant blanc. En fin de compte, les deux parlaient une langue différente ce matin lors de la PNQ.

Mardi 5 Avril 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.