Un autre regard

[Opinions] Il faut sauver la police mauricienne !

Lundi 10 Septembre 2018

Imaginez un seul instant que la scène se soit déroulée à New York. Les policiers new-yorkais donc, mettent fin à un rallye de motos et l’un des participants, en situation illégale, se met à les injurier et à s’approcher d’eux de manière menaçante. Non seulement, il aurait – et cela aurait été mérité – récolté quelques coups de matraque. Mais à New York, il n’aurait pas été étonnant qu’il se retrouve avec quelques balles dans le corps. 

Heureusement qu’à Maurice, on n’en est pas là ! Chez nous, on a les deux extrêmes. C’est-à-dire que d’un côté, des policiers se permettent un petit abus de pouvoir en laissant un homme enchaîné, nu, à une chaise au poste de police. Ou alors, on trouve, comme dans la vidéo qui circule actuellement, un policier se faire insulter et menacer par quelqu’un en situation d’irrégularité. Cela, en présence de deux de ses collègues. Le pauvre policier ne réagira que tardivement. 

Sur les réseaux sociaux, il y a eu un bel élan de sympathie envers l’officier de police. On est comme ça chez nous. On déteste l’injustice et on prend toujours le parti des faibles. C’était le cas dans l’affaire Gaiqui (le récidiviste enchaîné au poste de Curepipe) et c’est le cas dans l’affaire du rallye illégal de Goodlands. 

Mais qu’un policier qui intervient pour faire respecter la loi se retrouve démuni et impuissant face à des fortes-têtes qui ne réalisent même pas les dangers qu’ils font courir aux autres usagers de la route avec leurs rallyes illégaux, cela pose problème. Et cela en dit long sur le respect qu’inspire l’uniforme de police !

Comment la police pourra-t-elle rassurer la population ? L’ordre et la paix publique relèvent d’abord et avant tout d’une question de confiance. Mais celle-ci n’est pas au rendez-vous. 

Il convient de s’interroger sur les facteurs ayant contribué à l’effritement de l’image de la police. L’un d’eux est l’ingérence politique. Lorsqu’un jeune Mauricien estime qu’il doit faire la queue à l’endroit où un ministre ou député reçoit ses mandants pour augmenter ses chances de se faire recruter dans la police, lorsque les hauts gradés jouent à qui courbe mieux l’échine pour obtenir une promotion et lorsque certains policiers font fi des règlements pour assister à des réunions politiques, il ne faut donc pas s’étonner que les Mauriciens n’aient plus aucune confiance dans la police.

Dimanche à Goodlands, un jeune homme était persuadé qu’il pouvait mater la police. Cela est dangereux pour le pays !

Rédigé par E. Moris le Lundi 10 Septembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.