Menu


Un autre regard

[Opinion] Viva el presidente…


Rédigé par E. Moris le Jeudi 26 Mars 2020



Le président de la République de Maurice est vivant ! Hourrah… Rangez la demande de Habeas Corpus, terme latin qui se définirait comme "Emmenez le corps ! Le corps était là, sous nos yeux hier à la télé".  

N’empêche que cela lui a pris du temps, notre cher président, pour se rappeler à notre bon souvenir. Si César a veni, vidi, vici (est venu, a vu et a vaincu), Pradeep Roopun, pour sa part, est venu (à la télé), nous l’avons vu mais il est loin d’avoir (con)vaincu. 

Car que retient-on de son message à la nation ? Primo, il a eu des difficultés à lire le prompteur. Deuxio, ces mots ne venaient visiblement pas de lui. Il s’est contenté de lire. Tertio, il n’a laissé transparaître la moindre émotion une seule seconde durant son allocution. Et pour cause ! Il lisait (et mal en plus) quelque chose préparé certainement par de mauvais communicants au PMO. 

Ce que l’on retient, c’est qu’il va, lui aussi, verser 10% de son salaire présidentiel au fonds de solidarité pendant une année. C’est tout ! Peut-être que Roopun aurait pu aller jusqu’à 20%. Mais cela aurait fait passer les élus de la majorité pour des radins. Et évidemment, comme ce n’est pas Roopun qui a préparé cette allocution, il n’était pas question d’aller au-delà du seuil de 10%. 

En fait, Roopun n’a fait que louer les éloges du gouvernement… qui fait ci, qui fait ça ! C’était l’occasion pour lui d’établir un réel contact avec la population. Mais il a raté le coche. Le manque d’empathie a plombé son allocution autant que l’excédent de bagages a plombé son déplacement privé en Inde. 

Viva l’IBA et l’ICTA ! Voilà deux organismes qui ressemblent davantage à des maisons de retraite pour copains politiques. Mais en cette période de couvre-feu et de crise, sanitaire actuellement et peut-être sociale sous peu, voilà qu’ils s’animent.

Mais pas pour longtemps ! Le temps d’un communiqué pour rappeler… dans le cas de l’Independent Broadcasting Authority, aux radios qu’il faut d’une certaine façon couper la parole aux internautes qui franchiraient la ligne rouge… dans le cas de l’Information and Communication Techlologies Authority au public que les sanctions pour diffusion des fake news sont lourdes. 

Paradoxalement, c’est en période de confinement et de couvre-feu que ces deux organismes sortent de leur léthargie, leur auto-confinement et même du coconnage.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.