Menu

Opinion

[Opinion] Quand le sage montre la lune, Maneesh regarde le doigt


Rédigé par E. Moris le Mardi 18 Octobre 2022



Sous tous les gouvernements, c'est la même rengaine. Lorsqu'un document supposément confidentiel se retrouve sur la place publique, alors que le gouvernement souhaitait qu'il reste secret, on s'inquiète davantage du comment de la fuite plutôt que du contenu du document. Sous le régime actuel, cela s'est empiré. À chaque fuite, on met une énergie considérable à chercher les auteurs de la fuite plutôt qu'à régler le problème. Mais cette fois, la limite de l'indécence a été franchie, avec un Attorney General qui est venu, face à la presse lundi, défendre l'indéfendable. 

Pour Maneesh Gobin, en faisant fuiter le rapport, le ou les responsables ont porté préjudice au procès qui aura lieu éventuellement. Concédons un instant que c'est un argument qui tient la route. L'Attorney General a omis de préciser que, primo, les autorités ne semblent pas vouloir que la vérité soit faite sur cette affaire. Il oublie sciemment de souligner que les autorités (police et autres institutions) ont tout fait pour pervertir l'enquête et que les véritables coupables ne soient jamais attrapés. Tertio, l'Attorney General semble plus enclin à s'attaquer une nouvelle fois au DPP et à son bureau plutôt que de trouver les meurtriers. 

Mais le plus important, c'est que selon la logique de Maneesh Gobin, afin de ne pas porter préjudice à un éventuel procès, les médias ne devraient faire éclater aucun scandale. De ce fait, il n'y aurait eu aucune affaire. Pas de Watergate! Pas de Clearstream ! Pas d'affaires des écoutes téléphoniques ! Maneesh Gobin patauge tellement dans sa mauvaise foi qu'il  faut espérer qu'il soit bon nageur et évite la noyade. 

Mais heureusement, le passé est là pour montrer qu'en cours de route, sur le chemin politique, il a oublié ses principes. Harish Chundunsingh rappelait que le même Maneesh Gobin « avait été blâmé par l'ancien chef juge Sir Victor Glover qui avait enquêté sur la fuite d'un enregistrement des locaux de l'ICAC ». C'était à l'époque où l'actuel Attorney General était Chief Investigator à l'ICAC. « Il  avait remis l'enregistrement à son ami Rudy Veeramundar qui en avait fait état dans le défunt Samedi Plus », précise Harish Chundunsingh. Lancez la bouée à Maneesh!

Mardi 18 Octobre 2022