Menu



Opinion

[Opinion] Les bonnes nouvelles du confinement 2021


Rédigé par E. Moris le Mardi 16 Mars 2021



Quitte à passer pour le plus fanatique ou imbécile des optimistes, il y a tout de même quelques aspects positifs avec cette seconde vague. Nous avons fait une liste non-exhaustive, histoire de faire passer le temps. 
 
(i) Il n’y a pas d’équipements médicaux à importer. Du moins pas autant que le premier confinement. D’ailleurs, en conférence de presse, les membres et responsables du National Communication Committee sur la Covid-19 évite soigneusement l’utilisation du terme « importer ». 
 
(ii) L’axe Appanah-Ramsamy-Bonomally, alias le nouvel axe du mal, n’est plus opérationnel. Jonathan Ramsamy a été éjecté de la State Trading Corporation. Son beau-frère, Vinay Appanah, a d’autres soucis sur les bras en ce moment… Idem pour son majordome Deepak Bonomally ! De ce fait, se mettre en quête de contrats juteux n’est pas la priorité des priorités en ce moment. 
 
(iii) Les beaux-frères terribles (Ramsamy et Appanah) et leur caniche (Bonomally) n’ont plus de place dans leurs poches, pleines. Croyez-vous qu’ils ont été assez bêtes pour attendre, tout en priant les dieux de toutes les mythologies, qu’il y ait un autre confinement pour toucher le jackpot ? Ils ont raflé la mise dès que l’occasion s’est présentée !
 
(iv) Un certain Yogida S., alias le parrain, n’est plus aux affaires. Qu’est-ce qu’il doit regretter le décès de son ami proche, répondant au doux prénom de Soopramanien. Pas parce qu’il aurait une quelconque implication de sa part !!! Cela, nous n’en savons rien. Mais la mort de son ami proche, qu’il utilisa plus fréquemment que le paillasson de l’entrée de sa demeure, fut le début de tous ses malheurs. Il est aujourd’hui à regarder le pognon lui passer sous le nez, comme le chien qui ne peut que renifler l’odeur de saucisses dans une assiette qui n’est pas à portée de museau. Qui a dit que les morts ne pouvaient venir hanter les vivants ?
 
(v) Les organismes paraétatiques ou parapublics vont réfléchir à deux fois avant d’octroyer des contrats à des compagnies nées durant le confinement. « Born in lockdown » ! Cela ferait un joli titre de film. Oliver Stone a bien fait «  Born on a 4th of July » ! Il faut certes concéder que beaucoup auraient aimé avoir la chance (la baraka diraient d’autres) de Neeta Nuckched. Jugez-en vous-même : incorporer une compagnie durant le confinement, obtenir des contrats dans des domaines où vous n’avez pas la moindre expérience ni expertise et, en plus, tomber sur des hommes d’affaires tellement généreux qu’ils versent plusieurs millions de roupies sur votre compte en banque pour des projets sur lesquels ils ne font aucun suivi. 
 
(vi) La manne à ne pas laisser échapper était le vaccin Covid. « Combien de fric aurait-t-on pu se faire avec une commission de Rs 10 seulement sur chaque dose ? » C’est ce que doit se dire tout businessman avisé et à l’affût de la moindre opportunité d’affaires. Zut, le vaccin est offert gratuitement par l’Inde dans le cadre de sa « diplomatie du vaccin » !
 
(vii) Mais plus sérieusement ! Même si la contamination est plus rapide, d’après une analyse des nouveaux cas locaux, les symptômes ne sont pas violents. Cela, pour plusieurs raisons. Ce qui explique qu’on n’a pas eu besoin de recourir aux respirateurs artificiels, défectueux ou pas. Ainsi, il n’y a pas besoin d’importer d’autres ventilators alors que ceux de Pack and Blister n’ont pas été remboursés ni remplacés ! 
 
(viii) Les autorités sont tout de même plus armées que la première fois. Certes, il y a eu un petit cafouillage au début. De plus, beaucoup pouvaient penser (à tort visiblement) qu’un contigency plan était prêt depuis belle lurette. Tel n’était pas le cas. N’empêche que c’est un ennemi que l’on connaît bien désormais. Même le ministre de la Santé est un peu plus serein dans ses prestations télévisées, même si sur le plan de la communication claire et limpide, il y a encore du travail pour Kailesh Jugutpal. 
 
(ix) Enfin, un autre avantage du confinement, et il est énorme, c’est que pendant un moment, il n’y a pas eu d’affaires (Kistnen, emploi fictif, contrats durant le confinement et même Angus Road) pour gâter le mood du gouvernement. Les ministres peuvent s’en donner à cœur joie sur la MBC. Ils peuvent même, sans se faire critiquer, passer dans les centres de vaccination, avec évidemment la présence des caméras de la MBC, pour superviser le déroulement des opérations. 
 
(x) À part Xavier-Luc Duval, le poste de leader de l’opposition oblige, pas de critiques de Rama Valayden, de Roshi Bhadain ou d’un quelconque membre obscur des Avengers durant plusieurs jours. Oui, pour le gouvernement ce fut un répit qui n’a pas de valeur ! Fût-ce au prix de l’économie !

Mardi 16 Mars 2021


1.Posté par kersauson de (p) le 16/03/2021 19:25
notons que a 20 maxi € le flacon du 1er vaccin ARN Bio , soit Rs1000 ..
SI on n'avait pas mis Rs300m ds une campagne de promotion a Liverpool
on aurait pu acheter 300000 de ces flacons, et donc avoir 6 a 7 doses chaque, 1.800.000 doses.. pouir 1 million d habitants vaccinables il faut 2 million de doses.. pas loin ..
fallait il faire cette campagne de promotion, sachant que les rosbeef ne la regardent pas et qu'au mieux ils ne voyageront pas avant desamb...