Menu

Société

[Opinion] Les associations socio-culturelles, véritable pompes à fric des contribuables


Rédigé par E. Moris le Mercredi 24 Mai 2023



Dans la soirée de mardi, la MBC, machine de propagande et accessoirement chaine nationale, n'a rien trouvé de mieux que de balancer partiellement des chiffres, concernant l'aide du gouvernement aux associations socio-culturelles.

Il n'a échappé à personne que depuis quelques jours, le gouvernement de Pravind Jugnauth connait quelques soubresauts avec les dirigeants de l'Hindi Speaking Union, de l'Urdu Speaking Union et du Mauritius Tamil Cultural Centre Trust et l’Indo Mauritian Catholic Association. Ils se sont vu offrir un terrain à Côte d'Or, Hermitage, en échange du terrain qui leur a été attribué au Réduit Triangle et que le gouvernement a repris. 

Dans ce contexte, où les associations socio-culturelles tiennent chaque régime au pouvoir en otage, le gouvernement a cru bon de rappeler les aides offertes à coup de millions. L'objectif est de mettre en évidence les efforts consentis en comparaison avec le gouvernement de Navin Ramgoolam. Le hic, c'est qu'il y a un blanc concernant la période de 2015 à 2019 ! Aucun chiffre n'a été avancé.

Les abus répétés des associations socio-culturelles sont financées avec les aides de l'Etat. De ce fait, il n'est pas rare de voir les membres d’une association socioculturelle qui se retrouvent (presque) toujours à défendre le gouvernement du jour. Tels des chats qui retombent immanquablement sur leurs pattes, ils sont toujours dans les bons papiers du pouvoir, même quand ce sont les politiciens les plus conspués qui occupent l’hôtel du gouvernement. Tout simplement parce que ses dirigeants sont impliqués dans des business juteux où l’assentiment du parti ou l’alliance au pouvoir est essentiel ! 

Il suffit d’aller vérifier combien de membres de ces mouvements supposément sectaires sont actionnaires ou dirigeants de sociétés proposant le transport d’employés. L’on sera étonné de constater le nombre de contrats obtenus par ces compagnies auprès des firmes para étatiques ! Une petite conférence pour défendre le gouvernement de temps à autre est un pis-aller comparé aux sommes en jeu. L’autre secteur dans lequel les gros bras des associations socioculturelles sont aussi à l’aise que des poissons dans l’eau est celui de la sécurité. Ne nous y trompons pas ! Même les ministères et les firmes para étatiques peuvent à tout moment avoir besoin d’un service d’ordre pour un événement.

Pravind Jugnauth l'a bien compris, l'opium du peuple c'est la religion. Celui qui avait clamé vouloir un changement pour que les cérémonies religieuses ne se transforment pas en plateforme politique, fait tout l'inverse de ce qu'il prônait. «Nous ne pouvons occulter le rôle inestimable des associations religieuses dans la société. Elles méritent tout le soutien que nous leur offrons et plus». C'est ainsi que lors du Budget 2019-2020, les organisations religieuses ont obtenu une subvention de Rs 93 millions, soit une hausse de 10%. Sans surprise, le Premier ministre est de ce fait invité à toutes sortes de cérémonies et fêtes religieuses. 

Et comme à son habitude, Pravind Jugnauth prend en otage toute la population pour rester au pouvoir. A chaque invitation, Pravind Jugnauth s'installe sur l'estrade, et se pensant sur une caisse savon, fait de la propagande tout en faisant des accusations graves sur les opposants politiques. Dans l'impossibilité de faire régner un climat de confiance dans le pays, le Premier ministre ne cesse de diviser et créer des tensions inutiles entre les Mauriciens et les différentes communautés.

Agissant comme un pompier pyromane, Pravind Jugnauth s'en prend à ceux qui essaient de créer des divisions « pou essay diviz la kommunote hindou », jusqu'à s'en prendre à l'épiderme de ses adversaires politiques. 


Mercredi 24 Mai 2023

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.


LES PLUS LUS EN 24H