Menu



Société

[Opinion] Le tourisme à Maurice : « Nous sommes entrés dans le vide et l'inconnu »


Rédigé par E. Moris le Mercredi 15 Avril 2020



Imaginez un pays qui vit principalement du tourisme dont les hôtels, casinos, restaurants, centres de remise en formes, seraient simultanément et totalement fermés.

Une activité totalement à l'arrêt qui se retrouvent sans activité. Un cauchemar qu'aucun modèle mathématique ne peut vous enseigner. C'est à ce cauchemar qu'est confronté les hôteliers, à l'été qui se profile en Europe et, plus fondamentalement, aux séquelles que la crise sanitaire peut laisser chez les touristes.

Voyagerons-nous autant que ces dernières années ?

Retrouverons-nous l'envie et le plaisir de passer du temps dans des restaurants, de lézarder sur une plage, de visiter un pays étranger ? Ces considérations, qui peuvent sembler mineures ou accessoires pour beaucoup, sont pourtant au cœur des réflexions des professionnels du tourisme et du divertissement. 

Le coup de massue vient du président français Emmanuel Macron qui a annoncé lundi soir que les frontières avec les pays non européens resteront fermées jusqu'à nouvel ordre. Le touriste français est un marché important pour Maurice, avec la crise Covid-19, l’inquiétude des opérateurs de l’industrie du tourisme s’est exacerbée.

L'univers de l'accueil hôtelier affronte le pire de l'inédit : le vide et l'inconnu. Le vide, c'est l'absence de clients. L'inconnu, c'est le temps à attendre encore la fin du confinement et de la pandémie de coronavirus.

L'impact économique est considérable avec des établissements fermés Nous sommes dans le jamais vu. Subitement, tout a surgi brutalement et nous n'aurions jamais pu l'imaginer. Des voix s'élèvent et l'inquiétude est grandissante auprès des hôteliers face à la crise. Le ministre du Tourisme est un novice dans ce secteur, et ses sbires nommés pour allégeance au maître du jour, n'ont aucune expérience en la matière. 

Après le confinement, il y aura le déconfinement, mais le « retour à la normale » sera lent, très lent.

Et la clientèle internationale sera absente. Inutile de chercher à le cacher. Ce n'est certainement pas à l'approche des beaux jours estivales en Europe et ailleurs, qu'ils viendront se réfugier à 12 heures de vol dans notre hiver austral, même avec quelques bouteilles de whisky offertes.

Le mode de vie des voyageurs sortira considérablement changé par cette crise ?

C'est « la » question, celle que tout le monde a en tête. Va-t-on chercher à retrouver le goût et loisir de tout ce dont le confinement nous a privés : les voyages, les restaurants, les soirées entre amis ou en famille, les courses dans les magasins ? Allons-nous changer nos priorités ? Modifier nos habitudes, notamment en termes de sécurité sanitaire ? 

Dans deux, trois, quatre ou cinq mois, l'après-virus, le déconfinement, tous les nouveaux gestes et les nouveaux usages que nous aurons imaginés pour mieux nous protéger seront là pour nous rappeler qu'il ne faut rien oublier. 
 

Mercredi 15 Avril 2020


1.Posté par Dubois le 16/04/2020 12:09
Vu que Air Mauritius a laissé en plan des touristes dont le seul tord était de ne pas être mauricien, inutile de dire que moi même, ma famille et beaucoup d'amis réunionnais ne sont pas près de poser les pieds à Maurice. De plus, les regards plein de mépris des employés de certains magasins, les taxis qui ne pensent qu' vous arnaquer, l'insécurité, l'accueil des policiers de l'immigration et des services sanitaires qui vous regardent comme le dernier des bandits, impolis, nous avons été mieux traités à Madagascar, alors pour nous tout est dit bye Maurice.
J'oubliais, le tarif prohibitif du billet d'avion.

2.Posté par Désolé le 17/04/2020 05:17
Gros tracas vous autre. Investissez a Maurice et pour sûr vous serez endetté. Aucun constructeur Mauricien ne respecte les délais de construction par contre ils sont forts pour vous demander des sous en vous promettant une fin de travaux proche. Des bandits de grand chemin.... Destination à boycotter

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.