Menu


Société

[Opinion] La confiance des Mauriciens en Pravind Jugnauth au plus bas


Rédigé par E. Moris le Mercredi 15 Avril 2020



Photo prise le 4 mars 2020 lors de l'inauguration d'un nouveau Centre de Santé Communautaire à Baie du Tombeau.
Photo prise le 4 mars 2020 lors de l'inauguration d'un nouveau Centre de Santé Communautaire à Baie du Tombeau.
Alors que Maurice va entrer dans sa 4e semaine de confinement face à l'épidémie, l'inquiétude monte autour de son coût social et économique. Malgré les chiffres "rassurants" de ces trois derniers jours, où aucun nouveau cas de Covid-19 a été recensé sur le territoire, c'est la suspicion qui prédomine.

Entre catastrophe sanitaire et désastre économique, Pravind Jugnauth, continue son escalade d'impopularité.

L'inquiétude des Mauriciens en cette période de cyclones économiques se ressent dans tous les foyers et sans distinction sociale. Si généralement, les hommes politiques voient grimper dans les sondages une hausse de confiance de la population, à Maurice c'est un tout autre schéma qui se dessine.

C'est un fait incontestable malgré la horde de conseillers, le manque de transparence et les décisions prises dans l'a peu-près n'ont pas rassuré les Mauriciens durant la crise sanitaire. 

L'avenir des Mauriciens se tient principalement entre les mains d'un homme, dont la légitimité a été très contestée durant les dernières élections sous fond d'irrégularités. Il faut dire que tout le monde a encore en tête les scandales de son gouvernement sous feu l'Alliance Lepep, son nouveau mandat avec des amateurs sans grande expérience, installés au pouvoir ne rassure pas. Sa nonchalance de la gestion de la lutte contre le coronavirus a aussi marqué les esprits. 

La violence de la crise sanitaire est telle qu’elle écrase tout. L’opinion est focalisée quasi exclusivement sur les sujets tournant autour du coronavirus.

Alors que la décision est cruciale pour tous les dirigeants du monde, comment faire repartir une économie brutalement mise à l’arrêt, sans risquer d’aggraver la situation sanitaire et submerger les hôpitaux, depuis quelques jours, la question du coût économique et social des mesures de confinement commence à être soulevée.

Des voix, comme celle de Georges Chung appelle les entreprises et les salariés à reprendre leur activité alors que le pays semble, depuis quelques jours, disposer d'une situation stabilisée et d'un nombre de cas en nette diminution.

Le constat économique semble lui "beaucoup plus contrasté", avec des entreprises à l'arrêt depuis plusieurs semaines, subissant un arrêt brutal de l'économie. Pour celles qui se relèveront, elles éprouveront beaucoup de mal à retrouver une stabilité inscrite dans la durée. Aujourd'hui, tous les secteurs confondus sont concernés : le BTP, l'agriculture, l'artisanat, le petit commerce de proximité, le secteur tertiaire et touristique.

On ne pourra pas rester très longtemps avec des centaines de milliers de salariés en chômage partiel.

Mais tous ne partagent pas les mêmes préoccupations dans l’immédiat, du point de vue de l'OMS, l'organisation s’inquiète d’une “résurgence mortelle” de la pandémie en cas de déconfinement hâtif. Un avertissement envoyé à tous les gouvernements qui envisageraient un retour rapide à la normale, à l’unisson de la communauté médicale qui craint autant un “effet Coupe du monde” d’un relâchement trop précoce.

Autant de prises de position qui place Pravind Jugnauth face à un choix crucial. Son silence et son absence, du fait qu'il soit lui même confiné après un test positif dans son entourage, fait craindre le pire face aux mauvaises nouvelles économiques qui s’ajoutent aux ravages sanitaires causés par l’épidémie de coronavirus. 

La tâche s’annonce donc complexe entre un monde médical pour lequel la santé doit primer sur tout le reste, et une réalité économique qui terrifie les entreprises. 

"En tant qu’épidémiologiste, on donne les arguments, les illustrations, une description de la situation possible ou probable et c’est au politique de voir comment résoudre l’équation", résumait l’enseignant chercheur Pascal Crépey. Une équation à beaucoup d’inconnues. Un défi dont Pravind Jugnauth devra relever cette fois-ci sans grand miracle économique. 



1.Posté par Rooben savoo le 16/04/2020 16:22 (depuis mobile)
Tamil

2.Posté par Desplace le 17/04/2020 12:57 (depuis mobile)
Adios civil worker pravin

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.