Menu


Un autre regard

[Opinion] La chance de cocu des Jugnauth


Rédigé par E. Moris le Samedi 18 Juillet 2020



Pourtant né sous une bonne étoile, Jugnauth junior avait tout pour réussir. Mais avec toutes ces histoires d'alignement de planètes. Y'a des ondes de bêtises gravitationnelles qui tourbillonnent.

Junior a beau prendre un pinceau et jouer à Picasso dans "Vis ma Vie", faire l'idiot en tyrolienne, se déguiser en Bob le Bricoleur, nettoyer le pays avec des gants ou au karcher. Junior se retrouve la tête dans l'eau ! Si les sondages pouvaient parler, ce serait à coup sûr la dégringolade la plus violente de l'histoire politique du pays. Plus de vingt ans après son entrée en politique, il reste affublé du doux nom de "Pinocchio". 

Tout semble lui échappait depuis qu'il a été installé au poste de Premier ministre avec son numéro d'illusionniste et sa règle magique.

Face aux successions de gaffes, bourdes, crises sociales et scandales, notre gymnaste nationale continue les acrobaties. Et dans l'esprit de Coubertin, qu'on doit lui reconnaître désormais : "l'important n'est pas de gagner mais de participer ".

Il y a bien une chose qu'il faut reconnaître au père comme au fils, c'est leur chance de cocu !

Qu'on se le dise, le père n’a pas de leçon à recevoir de qui que ce soit. Il est déjà suffisamment irrité de devoir accomplir certaines obligations face à l'ingratitude de son peuple. Dès que l'occasion se présente, il éclabousse tout le monde et à la louche avec son "cozé couillon" légendaire. "Mo pas contant reponne bann zournalis. Ki bail zot Kozé ? Mo pou pourswiv zot ? Atan zafer pou rentrer la cour. Zot akiz dimoun brit. Bann bachara !"

Face à la destruction de la BAI, pour cause de vengeance politique, Jugnauth père avait dit "kan bato coulé, mo napa kouyon, mo sauve mo la vie".

En bon capitaine, il avait retiré son argent de la Bramer Bank avant que ses services ne décident de sa fermeture. Pas si couillon que ça le bougre quand on sait que les autres ont tout perdu en une nuit.

On se rappelle de sa mise en garde lors de la célébration de ses 88 printemps entre une ode dégoulinante à la gloire du père par le fils héritier, il avait annoncé la couleur :"Bizin dimoune lève la voix dire ki nous pa oulé tandem maha lanka (démon) Cotomili. Mo capave fine gagne 88 ans ena dimoune dir mo bizin pran retraite, mais laisse mo dire li, Maha-lanka pou bizin marse lors mo cadavre si li oulé tousse ene brin cheveux Pravind ou ene soldat". 

Kobita Jugnauth, une Lady pas comme les autres.

Celle qu'on surnomme le chef de Lakwisin, mène tout le monde à la baguette. Si en publique c'est la version toute mielleuse, timide et "mystérieuse", en privé c'est une autre affaire. Absente depuis plusieurs mois sur la scène politique, l'épouse du Premier ministre, répondait aux questions des journalistes, concernant son retour au pays le 18 mars dernier avant la fermeture des frontières.

Pas un mot sur les milliers de Mauriciens toujours bloqués à l'étranger et pas un mot sur les victimes de la Covid-19. Pour l'empathie et la bienveillance, il faudra repasser.

C'est une Kobita revancharde, qui a préféré balayer de la main les allégations, selon lesquelles Premier ministre avait attendu le retour de sa famille de l’étranger avant d’imposer la fermeture des frontières en raison de risque de contamination du COVID-19.

D'entrée de jeu, dans son style inimitable, elle a lancé à la presse : «Je vois que la famille fait vendre les journaux», qui selon elle, est un moyen «Fasil zet labou lor dimoune».

Mais le plus important, c'est que de son propre aveu, elle confirme qu'il soit possible que son retour a été avancé. «Li possib mo finn repousse mo vol en avance». Et dans un sacré paradoxe, offrant à ses détracteurs de quoi alimenter de nouveau la polémique avec une question aussi sotte que saugrenue : «Mais le Premier ministre a-t-il fermé les frontières par rapport à moi ?»

Décidemment, il faut croire que le soleil est très fort pour la famille Jugnauth !



1.Posté par Karo le 19/07/2020 21:30
Pinok cocu???

2.Posté par Karo le 21/07/2020 21:31
Toujours cocus les Ceaucescu

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.