Menu



Opinion

[Opinion] Après l’AstraZeneca, la polémique Covaxin à l'île Maurice


Rédigé par E. Moris le Vendredi 19 Mars 2021

Pour sortir du confinement, la vaccination est l’une des solutions – et non la seule comme le soutiennent nombre de membres du gouvernement. Et ne voilà-t-il pas que l’on importe la polémique Covaxin après l'AstraZeneca (vaccin suspendu en Afrique du Sud car inefficace face au variant sud africain) sur nos côtes.



L'île Maurice a reçu ce vendredi matin 200 000 doses de Covaxin en provenance de l’Inde. Des vaccins réceptionnés avec sobriété par le ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal, celui des Affaires étrangères, Alan Ganoo et la Haut-Commissaire de l’Inde à Maurice, Nandini K Singla, avec l'absence remarquée du Premier ministre, confiné dans sa résidence de Angus Road, dont la dernière apparition date du 12 mars.

Ce vaccin du laboratoire indien Bharat Biotech est, semble-t-il, un autre cadeau de l’Inde. Cela, grâce à l’implication personnelle du Premier ministre. C’est du moins ce qu’a soutenu le ministre Kailesh Jugutpal en conférence de presse hier. 

Des motivations politiques et économiques ?

Il s’agit du vaccin indien Covaxin, produit par le laboratoire Bharat Biotech Ltd.  Un vaccin efficace à plus  L’efficacité de ce dernier n’est pas encore officiellement certifiée, car les résultats définitifs de phase-3 n’ont pas encore été publiés – mais ceux préliminaires, annoncés par Bharat Biotech, indiquent une efficacité de 81%. Le Covaxin n’a pas encore obtenu l’aval de l’OMS pour être utilisée. Certes, The Lancet a indiqué que les essais cliniques de phase-2 du Covaxin garantissent que ce vaccin « est sûr et entraîne une réponse immunitaire, alors que le gouvernement l’utilise depuis deux mois dans les hôpitaux publics ». Néanmoins, il n’a pas obtenu l’aval de l’OMS. Une première fausse note ! 

Le Covaxin, vaccin « 100% made in India », a été validé en urgence le 3 janvier, marquant le début d’une large campagne de vaccination en Inde.

Deuxième fausse note. Le ministre de la Santé a indiqué que c’est le Vaccination Committee qui a autorisé l’utilisation du Covaxin. Sauf que personne ne connait le Vaccination Committee. En tout cas, les experts de santé n’en ont jamais entendu parler. Est-ce d’un autre comité auquel le ministère de la Santé a fait référence ? Est-ce le comité que l’OMS a recommandé de mettre sur pied pour établir un plan de vaccination ?

Si c’est le cas, est-ce que ce comité est apte à recommander l’utilisation d’un vaccin que l’OMS n’a pas encore approuvé. Si Maurice était disons les États-Unis ou la Grande-Bretagne ou encore la France, on aurait compris que son Vaccination Committee aurait compris les meilleurs experts pouvant trancher la question et pouvant même autoriser l’utilisation d’un médicament ou vaccins sans l’aval de l’OMS. Mais à Maurice, les comités pullulent de nominés politiques… incompétents des fois. 

Données insuffisantes, essais biaisés, ce vaccin contre la Covid-19 inquiète toutefois le monde médical

La crise actuelle risque d’accroître les inégalités sanitaires dans l’un des systèmes de santé les plus saturés et les moins financés au monde. L’empressement quant à la validation du Covaxin laisse de nombreux points d’interrogations et plusieurs scientifiques s’interrogent sur ses causes. Bhârat Biotech affirme avoir vendu le fameux vaccin au Brésil et discuté de possibles ventes avec quinze autres pays.

Par ailleurs, au-delà du profit économique que cette vente pourrait générer, l’Inde saisi la chance de s’affirmer sur la scène politique mondiale. Effectivement, les responsables indiens ont affirmé que l’Inde va offrir, gratuitement, des millions de doses de ce Covaxin a certains de ses pays voisins tels que les Philippines, la Birmanie, la Mongolie, le Népal et le Sri Lanka. Présenté comme un « geste de bonne volonté » selon le gouvernement, cet acte revêt surtout d’une importance stratégique non négligeable, dans un contexte de rivalité régionale exacerbée avec la Chine, qui offre elle aussi des vaccins.

Il n’y a donc pas de doute là-dessus : le Covaxin est une carte stratégique que joue l’Inde pour se frayer une place dans la course contre le Covid dans laquelle les pays du monde entier se disputent la première place. Entre scepticisme et validation, le Covaxin semble faire l’objet de toutes les discussions dans le domaine médical mais pour les effets secondaires de ce dernier, il faudra attendre des mois pour pouvoir se prononcer.

 

Vendredi 19 Mars 2021


1.Posté par kersauson de (p) le 19/03/2021 15:07
sans aval de OMS
le pm pinok19 prend des risques avec notre santé
MOI je pourrai poursuivre l etat si pb avec Astra, puisque j'ai double nationalité.. et mon 2ème pays acceptera ma plainte SI BIZIN ..