Menu

Société

[Opinion] A Maurice, la relation incestueuse entre le gouvernement et le privé bat son plein


Rédigé par E. Moris le Dimanche 30 Octobre 2022

La marche citoyenne ? Qu'elle marche ? La colère des Mauriciens ? Ils s'en fichent ! Eux, retomberont toujours sur leurs pattes, peu importe le régime au pouvoir. Ils sont rodés aux courbettes, génuflexions et salamalecs. Business is business.



Lors de la célébration du 50e anniversaire de CIEL Floréal Knitwear, le 26 octobre, le président de CIEL Textile, Jean-Pierre Dalais, le président du groupe CIEL, Arnaud Dalais et le Premier ministre.
Lors de la célébration du 50e anniversaire de CIEL Floréal Knitwear, le 26 octobre, le président de CIEL Textile, Jean-Pierre Dalais, le président du groupe CIEL, Arnaud Dalais et le Premier ministre.
La relation incestueuse qu'entretient le gouvernement et le privé n'est pas chose nouvelle, mais elle s'est consolidée avec l'aide publique à travers la MIC. C'est ainsi qu'un Jean-Pierre Dalais est très fier de 
célébrer le 50e anniversaire de CIEL Floréal Knitwear avec son nouvel espace dédié au textile. 

Le président du groupe CIEL, Arnaud Dalais, a pour sa part salué la contribution de ceux qui ont fait avancer le groupe....Etait présent, le Premier ministre Jugnauth pas peu fier de sa propre "contribution". Bis repetita lors de l'inauguration de LUX* Grand Baie qui fait partie des six stations balnéaires et hôtels du portefeuille LUX* à Maurice. En présence entre autres, du ministre du tourisme, Steven Obeegadoo, d'Avinash Teeluck, qui semble être l'ombre de Kobita Jugnauth, Sanjiiv Ramdanee, l'encombrant beau-frère, et Zouberr Joomaye le "conseiller" très spécial, le Premier ministre a déclaré que Maurice a enregistré Rs 39,6 milliards de bénéfice pour la période juillet 2021-juin 2022, avec un objectif d'un million d'arrivées de touristes pour fin 2022. Ce qui a fait dire au Premier ministre, que la reprise de l'industrie touristique n'aurait pas été possible sans l'étroite collaboration entre les secteurs public et privé. Amen.

Quand Pravind Jugnauth, ne fait pas sa propre pub en flattant sa gestion du pays malgré « la situation difficile engendrée par les séquelles de la Covid-19 et la guerre en Ukraine et la Russie» ou tacle ses détracteurs qui selon lui mènent une campagne "malsaine et antipatriotique qui veut faire croire que tout va mal". Il  annonce de nombreux projets qui sont à prévoir dans le pays avec la construction de quatre autres Smart City à Azuri, le Bouchon, Ferney et Saint-Felix. Ce qui fait dire que  ses projets et inaugurations sont, d’une certaine façon, du pain bénit pour le gouvernement. Une situation de "win-win" ,où il continue de faire les yeux doux au secteur privé, soulignant que les investissements sont plus que jamais bienvenus en cette période. Une véritable vache à lait pour le gouvernement mais aussi pour le MSM.

La Mauritius Investment Corporation débourse de l’argent au même rythme qu’une station de traitement d’eau envoie l’eau potable dans le circuit de distribution.

Cette filiale de la Banque de Maurice aurait déjà pris l’engagement de débourser Rs 39,8 milliards sur les (plus de) Rs 85 milliards injectées par la Banque de Maurice. Mais que les protégés du pouvoir se rassurent. Il reste encore un gros pactole à se partager. Les Gopee, Jhugroo, Dalais, Lagesse et autres peuvent déjà affûter leurs dents. Jusqu’ici, près de Rs 10,3 milliards ont déjà atterri dans les poches des bénéficiaires et des demandes totalisant Rs 29,5 milliards ont été approuvées. 

Un jackpot de Rs 45 milliards qui attendent les mignons du pouvoir 

Ce que la main gauche donne, la main droite ne doit pas savoir ! Ou alors c’est le contraire qui est vrai.
En tout cas, il n’est guère surprenant de constater que sur les Rs 6,7 milliards que la Mauritius Investment Corporation a déboursées, Rs 650 millions iront à Mauriplace Beach Resort Limited, compagnie de la famille de l’épouse du Premier ministre. Rappelons que parmi les bénéficiaires, l’on trouve Akai Fisheries Co Ltd, PSH Investment Limited, la Compagnie Mauricienne de Textile Ltée et Luxury Retirement Village Ltd. Soulignons que deux groupes hôteliers ont reçu de fortes sommes de la MIC. Ils sont New Mauritius Hotels Ltd et Long Beach Resort.

Rappelons que 41 entreprises ont bénéficié de la générosité de la Mauritius Investment Corporation depuis juin 2020. C’est ce qui ressort des derniers documents publiés sur le sujet. Notons qu’à fin mars 2022, la MIC avait investi Rs 44,6 milliards dans 37 entreprises. De mars à août, soit en cinq mois, elle a déboursé que Rs 2,1 milliards supplémentaires.

Dans le même ordre, la FMI a été lucide lors d'une mission au pays. « La BoM doit renoncer à la propriété de la Mauritius Investment Corporation ». Pour elle, la MIC doit retourner les financements non déboursés, soit Rs 48 milliards, à la BOM et éviter le financement quasi-fiscal. Pour la mission, la propriété de la MIC par la BoM pèse sur l'indépendance de l’institution et brouille le concept de séparation des politiques monétaire et fiscale. Mais qui ira écouter la FMI alors que chacun profite du beurre et de l'argent du beurre ?


 


Dimanche 30 Octobre 2022


1.Posté par Caro le 30/10/2022 11:02
Depuis que je le dis , les oligarques mauriciens élevés à la sauce poutinienne qui pillent le pays avec la bénédiction du dictateur suprême et comme partout dans l empire autocrate sur le dos du peuple
Les mauriciens sont des moutons qui la ferment et qui vivent au black en courbant l échine!!! Mais jusqu à quand??? Il faudra bien que tout ce cinema cesse un jour! Enough is enough.

2.Posté par Faye noir le 30/10/2022 20:09
Zis quand ca aranze zot , qui zot fer référence a COLON ou CODE NOIR .

lécorp Gandhi la tete kennedy ... lol

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.