Menu

Société

Opération "mazik" de la Striking team : Aucune trace d'ADN, d'empreinte de Bruneau Laurette retrouvé sur les colis de drogue


Rédigé par E. Moris le Mercredi 7 Décembre 2022



Inculpé provisoirement de trafic de drogue et de possession illégale d’arme à feu, à la suite d’une saisie le 4 novembre dernier, de 46 kilos d’haschisch à son domicile à Petit-Verger, St-Pierre, l'activiste Bruneau Laurette s'est présenté de nouveau ce mercredi 7 décembre, en cour de Moka. 

Me Shakeel Mohamed, a demandé que les accusations provisoires retenues contre son client soient rayées. Cette requête a été débattue vendredi dernier. La poursuite, représentée par Me Roshan Varma Santokhee, Principal State Counsel, s’est opposée à la motion de radiation des accusations provisoires. Trois facteurs ont été évoqués, dont le risque de fuite. Concernant la motion de remise en liberté de Bruneau Laurette, les débats se poursuivront demain en cour.

Rappelons que le rapport du FSL n’a identifié aucune drogue synthétique suite à la saisie alléguée de drogue chez l’activiste Bruneau Laurette, la charge provisoire de possession de drogue synthétique portée à son encontre a été rayée en cour de Moka. Notons toutefois que selon le rapport, les Rs 231 millions de drogue retrouvés dans la BMW de Bruneau Laurette sont du haschisch et que la substance retrouvée dans un sac en plastique dans la cuisine de l’activiste n’est pas de la drogue, mais des graines de Shia. Toujours selon le rapport de la FSLS il n'y aucune trace d'ADN de Bruneau Laurette sur la drogue saisie. Ni ADN ni empreinte dans le coffre de la voiture de Bruneau Laurette. Et que l’une des armes retrouvées n’est pas considérée comme une arme à feu. Ce mercredi, le chef enquêteur de la Major Crime Investigation Team (MCIT) confirme le rapport du Forensic Science Laboratory (FSL). 

Shakeel Mohamed, rappelons-le, est assisté par un panel d’avocats, notamment Mes Rouben Mooroongapillay, Neelkanth Dulloo, Sanjeev Teeluckdharry et Anoop Goodary.


Mercredi 7 Décembre 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.