Portrait satirique

One-man-show de Shakeel

Mercredi 25 Juillet 2018

La motion du député travailliste, Shakeel Mohamed, contre l’Attorney General, Maneesh Gobin, a été rejetée à l'Assemblée nationale aux petites heures ce mercredi matin.


La démarche de Shakeel Mohamed faisait suite aux dommages de Rs  15 millions que l’État a accepté de verser au député Raj Dayal dans le cadre de son procès en réclamation après sa destitution comme commissaire de police.

La réponse de Maneesh Gobin s'est fait ressentir comme une claque magistrale. 

«J’ai simplement complété la procédure initiée en 2013 par l’ancien gouvernement. Elle n'a pas été faite en catimini comme à l’époque, mais devant un juge de la Cour Suprême quand l’un des trois cas a été appelé en mars dernier»

Il a beau se fringuer en dandy chic, avoir une coupe capillaire à la nord coréenne chez Sasha, rien n'y fait. L'habit ne fait pas le moine. Avocat après de multiples essais, il n'a pas hérité de la carrure politique de ses aînés malgré ses efforts répétés. La grandiloquence de ses discours prêtent au ricanement, à force de trop en faire. 

La théâtralité de ses actes au sein de l'assemblée reste des actes manqués. 

Shakeel Mohamed est également l'auteur d'une motion de blâme contre la Speaker Maya. La dernière fois, il nous avait infligé un spectacle affligeant après plus d'une heure trente de one-man-show en quittant l'assemblée dans un walk-out et en entraînant ses petits camarades de jeux dans une situation grotesque.  

Le walk-out est une scènette politique où on montre son désaccord en rebroussant chemin avec dignité, enfin le peu de dignité qui leur reste.  

Dans de vaines tentatives de justifier sa bêtise, il a expliqué la main sur le coeur qu’il s’est mis debout :

«as a friend et sur un ton amical, j’ai fait une suggestion pour qu’elle suspende la séance. Elle a perdu le contrôle. Je lui ai tendu la perche pour qu’elle se calme. Mais elle a choisi de m’expulser…». 

Il est vrai que cet enfant de chœur qui balance en pleine tronche d'un ton sarcastique à la Speaker de l'Assemblée :  « Do you need a break to breath in and to calm down ? » était d'une grande bienveillance.  À croire qu'il s'est improvisé toubib. Dans ce cas il aurait tout aussi bien pu proposer un bouche-à-bouche. 

Fort de son petit effet, il a commencé à ranger ses affaires avant que la sanction ne tombe :
" Honorable Shakeel Mohamed I order you OUT ! ".
Et de partir en faisant la leçon, «Si Madam Speaker pa conn fer so travay. Li coné ki li ena pou fer». Et menace encore de déposer de nouveau une Motion de blâme. Chapeau l'Artiste !  

Si il est vrai que notre Maya nationale est l'une des dernières personnes pour qui on puisse avoir un peu de sympathie. Mais tout de même !  

Dans une larmoyante scène digne des pires films boolywoodiens face à la presse et ses fans en délire après son expulsion :

«J’ai envoyé une lettre à la Speaker. Aujourd’hui est un jour spécial et triste pour la démocratie».

Pour les citoyens obligés de subir toutes ces pitreries aussi ! 

Award de la démagogie 

Le gouvernement avait accordé un break pour la rupture du jeûne du ramadan lors du discours du Budget l'année dernière. 

Shakeel Mohamed avait quitté l’Assemblée nationale car quinze minutes ne lui suffisait pas pour l’Iftar. 

Notre pieux député a fait savoir qu'il se rendait à la mosquée car il ne pouvait pas rester dans un lieu où il y a beaucoup de bruits.

Après les indécents walk-out et absence à l'Assemblée sous prétexte qu'il avait ses cours de droit. Le petit bonhomme sur sa page Facebook, devenue un peu son journal intime, a déclaré la situation "inacceptable" tout en ralliant ses fans et en attisant la fibre communale. 

Comme une idiotie entraîne une autre. Après les quinze minutes accordées lors du Budget jugées trop courtes, le bruit...Le chef de fil des rouges à juger bon de faire une pétition. Raison évoquée : la grande nuit de prière du 27 ème jour du mois de ramadan.

Pour rappel, le dernier caprice sous forme de pétition des députés c'était lorsque nos  fins gourmets avaient mené la lutte pour le retour de leur cantinière cinq étoiles, Mme Dalais à l'Assemblée. Le combat d'une vie !  

Comme le Shakeel n'est plus à un degré du ridicule près. Après un énième walk-out à l'Assemblée avec ses p'tits camarades de l’opposition. Il avait mis en ligne, dans la soirée, une vidéo dans le but de ridiculiser son adversaire politique, le ministre Soodhun.

Une reconversion dans le divertissement est peut-être envisageable puisqu'il excelle à vouloir faire le clown.

Rédigé par E. Moris le Mercredi 25 Juillet 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.