Menu

Société

« On veut seulement interroger les Mauriciens », affirme Dick Ng Sui Wa invité à la BBC


Rédigé par E. Moris le Samedi 15 Mai 2021



« On veut seulement interroger les Mauriciens », affirme Dick Ng Sui Wa invité à la BBC
Le chairman de l’Information and Communication Technologies Authority était l’invité de la BBC, dans l’émission Newsday, ce vendredi.

Dick Ng Sui Wa a juré sur tous les dieux qu’entraver la liberté d’expression n’est pas dans l’intention de l’organisme qu’il dirige. Il va même jusqu’à souligner que ce droit « est inscrit dans la Constitution ». Et de rappeler au journaliste qui l’interrogeait que l’ultime instance d’appel de la République de Maurice est le Conseil privé de la Reine. 

À plusieurs reprises, Me Dick Ng Sui Wa a fait un parallèle entre l’Icta et l’Ofcom, soit Office of Communications, qui est le régulateur britannique des secteurs de l’audiovisuel, des télécommunications et de la poste. Mais le journaliste ne s’est pas laissé faire. Il a indiqué que les propositions de l’Icta ne sont pas comparables à celles de l’Ofcom. Et d’ajouter que l’Ofcom n’est pas accusé restreindre la liberté d’expression. 

Me Dick Ng Sui Wa a alors ajouté que ce n’est pas le but du régulateur mauricien. « Nous ne voulons pas surveiller les réseaux sociaux, mais réguler et contrôler ce qui cause du tort », a-t-il insisté. Il a précisé que l’Icta ne vote pas des lois mais n’est qu’un régulateur qui a estimé qu’il était judicieux d’interroger les Mauriciens sur certains abus sur les réseaux sociaux. « Nous voulions simplement enclencher un débat public », a souligné Me Dick Ng Sui Wa, qui a ajouté que Google et Mozilla n’ont pas contacté l’Icta directement. Néanmoins, l’Icta souhaite discuter avec eux pour leur faire comprendre que les propositions ne concernent aucun des deux. 

Rappelons qu’avant Me Dick Ng Sui Wa, l’écrivaine Ariel Saramandif est intervenue pour exprimer ses craintes concernant les intentions de l’Icta. Elle a déploré une tendance super inquiétante des autorités de restreindre la liberté d’expression et de s’en prendre aux internautes et journalistes.

Censure des réseaux sociaux par l'ICTA : 50 organisations internationales s'inquiètent des propositions du «consultation paper»

L'interventionnisme politique de l'ICTA de censurer les réseaux sociaux, un fait sans précédent à l'île Maurice
 

Samedi 15 Mai 2021


1.Posté par kersauson de (p) le 16/05/2021 08:34
se krwa t il en chine ? chine demokratzyc ...

2.Posté par Caro le 16/05/2021 17:34
T appelle ça interroger les mauriciens???
Espece d E.....

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.