Menu



Société

Non, l’Inde ne va pas fermer ses frontières avec Maurice


Rédigé par E. Moris le Lundi 29 Novembre 2021



L’Inde, pays autant qu’ami que frère et sœur, autorise l'exploitation de vols internationaux réguliers à partir du 15 décembre. Cela, après une interruption d'environ 20 mois. Mais au même moment, Maurice se retrouve dans la liste d’une quatorzaine de pays à haut risque.

Est-ce à dire que l’Inde ne va pas opérer de vols à Maurice ? La question est sur beaucoup de lèvres. La réponse est non. C’est-à-dire que l’Inde va reprendre ses vols sur Maurice mais pas à la fréquence d’avant-Covid. Le service sera restreint. Les 14 pays en question sont : le Royaume-Uni, la France, l'Allemagne, les Pays-Bas, la Finlande, l'Afrique du Sud, le Brésil, le Bangladesh, le Botswana, la Chine, l'île Maurice, la Nouvelle-Zélande, le Zimbabwe et Singapour.

Pourquoi ? Tout simplement parce que ces pays sont à haut risque, soit en raison de la résurgence de la vague de Covid, soit en raison du nombre actif de cas. Par exemple, l'Afrique du Sud a confirmé jeudi une nouvelle variante de Covid, à la suite de quoi plusieurs pays ont imposé une interdiction de voyager en Afrique du Sud. La même variante a été trouvée au Botswana. Les deux pays figurent sur la liste.

De nombreux pays européens sont également sur la liste car ils connaissent actuellement la quatrième vague de la pandémie. Cependant, les pays avec qui l’Inde a conclu un accord de bulle aérienne auront jusqu’à 75% des opérations pré-Covid avec l'Inde. En ce qui concerne les pays mentionnés sur la liste qui n'ont pas d'accord de bulle d'air verront 50% des opérations pré-covid avec l'Inde. Notons que Maurice a conclu un accord de bulle aérienne avec l’Inde, tout comme une série d’autres pays, tels l’Afghanistan, le Bahreïn, le Bangladesh, le Canada, l’Éthiopie, le France, l’Allemagne, les Maldives, le Népal, les Seychelles, Singapour, le Royaume-Uni et les États-Unis.

Lundi 29 Novembre 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.