Menu

Société

Non-accès aux conférences de presse : l’Express accuse le Premier ministre et l’État d’enfreindre la liberté d’expression


Rédigé par E. Moris le Samedi 5 Décembre 2020



Empêcher des journalistes de l’Express d’assister à des conférences de presse relève de la discrimination d’abord, mais équivaut aussi à une infraction à la liberté d’expression et la liberté d’informer, qui sont garanties par la Constitution.

Bref, c’est violer les droits constitutionnels de l’Express en tant qu’entité médiatique. C’est ce que soutient La Sentinelle, groupe de presse propriétaire de l’Express, dans une demande d’injonction logée en cour suprême vendredi. 

L’action vise le Premier ministre, Pravind Jugnauth, et l’État mauricien. Le commissaire de police et le Master and Registrar sont cités comme codéfendeurs. 

Le directeur des publications, Nad Sivaramen, demande à la justice d’émettre un ordre interdisant au Premier ministre et à l’État mauricien de continuer à bafouer ses droits constitutionnels en lui barrant l’accès aux conférences de presse officielles. Il demande aussi que cet ordre stipule qu’interdire l’accès aux conférences de presse aux journalistes de l’express constitue une infraction à la liberté d’expression et celle d’informer.

Samedi 5 Décembre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.