Menu



Faits Divers

Négligence médicale alléguée sur la petite Keira, un an, sa mère poursuit l’État et réclame Rs 25 millions


Rédigé par E. Moris le Jeudi 25 Novembre 2021



Samia Ingrid Esther, 18 ans, habitant Cité la Cure, a fait servir une mise en demeure au ministère de la Santé et à l’État.

Elle évoque la négligence médicale et réclame des dommages de Rs 25 millions pour le décès de sa petite d’un an. Elle affirme, dans sa plainte, que le 30 août, Keira a commencé à vomir et ne voulait pas manger. Elle l’a donc emmenée à l’hôpital Dr Jeetoo.

Mère et fille ont subi un test rapide. Celui de Samia s’est révélé positif alors que celui de la petite était négatif. La mère souligne, dans la mise en demeure, qu’elle et son enfant ont été admis dans la salle réservée aux patients Covid. Samia affirme qu’elle a protesté et objecté à l’admission de sa fillette dans cette salle. Elle soutient avoir demandé qu’elle soit admise dans une autre salle ou qu’elle soit confiée à ses proches. Mais le personnel a refusé.

Le 3 septembre, l’état de santé de la petite s’est détérioré et elle a été transférée à l’unité des soins intensifs néonatale. Entretemps, Keira aussi a été testée positive. De plus, elle souffrait de problèmes respiratoires. Le 3 septembre toujours, Samia obtient sa décharge de l’hôpital. Elle doit demeurer en isolement. Toutefois, personne n’a été autorisé à rendre visite à Keira à l’hôpital.

Le 8 septembre, Samia a reçu un appel l’informant du décès de sa petite fille. Elle évoque aussi dans sa plainte que sur le certificat de décès, le terme Infection Covid-19 a été rayé pour y inscrire pneumonie. Elle déplore qu’il n’y a pas eu d’autopsie. Samia Esther crie à la négligence médicale. Elle accuse le personnel de n’avoir pas admis Keira à l’hôpital ENT où elle aurait bénéficié de meilleurs soins et d’une série de négligences. C’est la raison qu’elle réclame Rs 25 millions conjointement à l’État et au ministère de la Santé.

Jeudi 25 Novembre 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.