Menu


Politique

Navin Ramgoolam prend la défense de Joanna Bérenger face aux "bachiara" de la majorité parlementaire


Rédigé par E. Moris le Vendredi 3 Juillet 2020



Le leader du PTr Navin Ramgoolam a rencontré la presse dans son bureau politique ce vendredi 3 juillet.

D'entrée, l'ancien Premier ministre maintient que le coronavirus circule à Maurice et qu'il ne faut pas baisser la garde. Avant d'évoquer le scandale de la Centrale Saint-Louis, il a tenu à prendre la défense de la députée MMM, Joanna Bérenger face aux "bachiara" de la majorité parlementaire, qui auraient tenu des propos indécents, allant jusqu'à faire des commentaires insultants sur sa grossesse au sein de l'assemblée. Navin Ramgoolam déplore ce qu'il qualifie de "culture MSM". 

Sans relâche, il a condamné les attaques "grossières, indécentes et inacceptables ".

Il a également pris en grippe nommément le ministre Toussaint qui a attaqué Joanna Bérenger puis la "meute" . C'est "répréhensibles et dégoûtant" déclare t-il et ceci sous le regard et les sourires du Premier ministre et de la ministre des Egalités des genres.

Concernant le rapport de la Banque africaine de développement (BAD), le leader des rouges maintient qu'à la place de Pravind Jugnauth, il aurait obtenu le rapport complet : « Donn mwa plas Premye minis-la, an 24h mo amenn rapor-la ou bien mo sanz mo nom ».

Navin Ragoolam met également en lumière, le rôle de l'ancien Premier ministre d’alors, soit Anerood Jugnauth, dans cette affaire. Il ne fait aucun doute selon lui, que SAJ était au courant d’un certificat d’urgence signé par Ivan Collendavelloo concernant le contrat de Rs 4,3 milliards.

"Ivan pena ene sens de l'amour propre" 

Le leader du PTr, Navin Ramgoolam insiste que l'ancien chairman du CEB était au courant de cette affaire depuis le 15 février 2019. Selon lui, l'ICAC blanchira Ivan Collendavelloo et ce dernier reprendra son poste de DPM. 

Il ajoute, par ailleurs, qu'il compte consulter les autres leaders des partis de l'opposition pour organiser une manifestation.

 



1.Posté par Rattan Chand le 06/07/2020 12:14
We have now a new breed of politicians who suffer from an ethical and governance deficit. They reek of totalitarian sulphur and run our institutions like personal fiefdoms with their over bloated egos and arrogance and the accompanying vulgarity to squash anyone who dares not cow down before them like whipped curs. They are more at ease with their very own, the sycophants and supplicants. Their political manoeuvres and calculations are driven by one instinct: regime survival at any cost. And we are paying very dearly for this through their autocratic and populist policies. As one of our erudite political stalwarts remarked recently “ Are we still nursing the fast-fading illusion that we are the leaders in Africa ! In the corruption and ‘democraticide” stakes, most certainly !
Indeed, a vulgar band of neophytes have taken over our National Assembly. This is unacceptable- their bloodcurdling toxic behaviour that is infecting our august National Assembly. We strongly denounce the despicable behavior of this vulgar band of neophytes from the parliamentary majority ( led by Stephane Toussaint in the approving presence of Minister for Gender Equality) towards Joanna Berenger.
We squirm at such style of politics reminiscent of the bad old ways of corrupt authoritarianism, demagoguery and shabby governance of some banana republics . Such behaviour, c'est pas dans nos moeurs. Bereft of the right words to condemn such behaviour, we hang our head in shame.

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.