Politique

Navin Ramgoolam déplore les critiques de Xavier-Luc Duval contre les membres de l’ESC et de l’EBC

Samedi 10 Novembre 2018

Photo illustration
Photo illustration
« On ne peut s’en prendre à Yusuf Aboobakar, Vedita Peerun, Nargis Bundhun et  Désiré Basser. Ce sont des personnes honnêtes », a déclaré le leader du PTr. Il faisait référence aux membres de l’Electoral Supervisory Commission et de l’Electoral Boundaries Commission. 

Navin Ramgoolam estime que le leader de l’opposition a commis « une bavure » et devrait le reconnaître. On se rappelle que Xavier-Luc Duval avait utilisé le terme « fatras » en parlant des membres de ces deux institutions. 

Le leader du PTr a aussi évoqué les récents amendements à l’ICT Act. Le gouvernement, dit-il, veut faire taire les critiques à l’approche des élections. Pour lui, la liberté d’expression est menacée dans le pays. Car même des textos, ajoute-t-il, peuvent déboucher sur des procès. 

Il a aussi commenté la nomination de l’avouée Ammanah Ragavoodoo au sein de l’Electoral Supervisory Commission et de l’Electoral Boundaries Commission. Il estime que le président de la République par intérim a privilégié ses propres intérêts à ceux du pays.

Il a fait la comparaison entre Barlen Vyapooree et Cassam Uteem, rappelons que le dernier avait préféré démissionner plutôt que voter une loi contre laquelle il était opposé. 

Navin Ramgoolam a promis une nouvelle fois d’abolir le poste de vice-président s’il revient au pouvoir.

Rédigé par E. Moris le Samedi 10 Novembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.