Menu

Société

Navin Beekarry en mode " Kot monn fote?"


Rédigé par E. Moris le Vendredi 22 Octobre 2021



@ GIS Mauritius
@ GIS Mauritius
A chacun son tour de s'autocongratuler depuis l'annonce tant attendue du retrait de l'île Maurice sur la liste grise de la Financial Action Task Force.

Navin Beekarry, directeur général de l'ICAC, n'échappe pas à cet exercice de communication bien rodée. C'est ainsi que sur la plateforme de propagande gouvernementale, le GIS Mauritius, il déclare que « le GAFI confirme l'indépendance et la crédibilité de nos institutions ».

Pravind Jugnauth renouvelle le contrat de Navin Beekarry, le "Dhobi de classe" de l'Icac

Pour rappel, le pays est inscrit depuis février 2020, par le Groupe d'action financière (GAFI), sur la liste grise et qui a mis en évidence les lacunes de la régulation financière du pays. 18 mois longs mois où Maurice a été classé sur la liste contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme. Navin Beekarry, directeur général de la Commission indépendante contre la corruption (ICAC), également président du groupe central sur la lutte contre le blanchiment d'argent/la lutte contre le financement du terrorisme (AML/CFT) chargé d'élaborer les réformes nécessaires, affirme selon lui que le pays ne représente plus de risques en termes de services financiers.

Difficile pourtant à croire alors que les secteurs des services financiers bancaires et non bancaires, les enquêtes et les poursuites n'avancent pas ou peu pour lutter efficacement contre le blanchiment de capitaux. Le directeur général a aussi réfuté les allégations qui voudraient imputer à l’ICAC la responsabilité de l’inscription du pays sur la liste grise de FATF : « C’est complètement faux que l’ICAC soit responsable de l’inscription du pays sur la liste grise de FATF. C’est tout le système financier du pays qui est évalué par GAFI.»

Vendredi 22 Octobre 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.