Menu



Justice

Naufrage du Wakashio : les travaux de la Court of Investigation reprennent


Rédigé par E. Moris le Jeudi 20 Mai 2021



Mardi, les travaux de la Court of investigation sur le naufrage du Wakashio ont repris dans la discrétion la plus totale, avec notamment l’audition d’Alan Stephen, ancien Port Inspector de la Mauritius Port Authority.

Contexte sanitaire oblige, l’instance n’a pas été opérationnel ces deux derniers mois ou presque. Alan Stephen a été interrogé par l'ancien juge Abdurrafeek Hamuth, assisté des experts maritimes Jean Mario Geneviève et Johnny Lam Kai Leung. Me Rajkumar Baungally représentait le ministère public alors que les avocats Ilshad Munsoor et Amira Peeroo représentent le capitaine du MV Wakashio. 

Alan Stephen a davantage éclairé la commission. Il a demandé si l’officier de la National Coast Guard, qui vérifiait l'Automatic Identification Satellite System le fameux 25 juillet 2020, a utilisé un projecteur de type lampe Aldis.

Il a aussi indiqué que les autorités auraient déjà dû avoir installé des bouées après le naufrage du MV Benita. Il estime aussi que la marée noire a été causée par négligence de l’État, du ministère de l’Environnement et de la National Coast Guard. Alan Stephen a aussi soutenu que les experts locaux ont fourni des informations erronées. Il a lu des extraits du document pour appuyer ses dires.

Jeudi 20 Mai 2021


1.Posté par Davis le 20/05/2021 13:13
On voit dans ces propos de la Cour que nous sommes dirigé par des personnes bien rémunérées, mais incapables.... qui se prélasse a longueur de journée dans les bureaux au lieu d'être sur le tas.
Vont ils comprendre un jour que ces faits d'échouages peuves se reproduire et prévoir du matériel afin de faire fasse rapidement , ainsi q'une nouvelle formation à refaire de toute urgence !. Qu'on ce le dise.
Capitaine de la Marine Marchande Française

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.