Menu



Société

Naufrage du Wakashio: La thèse d'accès internet pour s’approcher de Maurice tombe à l'eau


Rédigé par E. Moris le Mercredi 14 Octobre 2020



Depuis le 25 juillet dernier, date du naufrage du MV Wakashio sur la côte sud-est de l'île Maurice, où le navire s'est vidé de tout son fioul, on nage toujours en pleine opacité. Mais une seule vérité demeure, l'incompétence du gouvernement.

Toutes les questions tournent autour d'une interrogation essentielle : que venait faire le bateau aussi près des côtes, à un endroit totalement interdit, et pourquoi n’a-t-il pas rectifié sa route ? Car, bien entendu, personne ne croit ne serait-ce qu'une seule seconde, à l'excuse avancée par les marins selon laquelle ils se seraient rapprochés du rivage pour capter la wifi. Pour ceux qui s'y connaissent, la wifi a une portée maximale d'une vingtaine de mètres, alors que le bateau se trouvait à plusieurs centaines de mètres de la côte...

Et accessoirement, pourquoi les garde-côtes ne sont pas intervenus plus tôt, alors qu'ils disposent de tout le matériel nécessaire (vedettes rapides, radars, etc...)?

L'hypothèse la plus probable serait celle d'une livraison de drogue qui aurait mal tourné. Les habitants de la pointe d'Esny vous le diront tous : le trafic de drogue avec des bateaux croisant au large est monnaie courante dans le secteur. La plupart du temps, le bateau-mère reste loin de la côte et ce sont des vedettes rapides qui vont le rejoindre pour récupérer la cargaison. Il n'y a pas si longtemps, une de ces vedettes s'était fait attraper avec une cargaison alors qu'elle rentrait au port.

Mais il arrive, nous dit-on, que le bateau-mère se rapproche de la côte, de façon à se mettre à portée de bateaux moins sophistiqués. Cette hypothèse se verrait renforcée par la présence, signalée par des témoins, de trois embarcations à proximité du Wakashio avant qu'il ne s'échoue sur les récifs.

Les autorités ont débuté les auditions de l’équipage pour tenter de comprendre ce qu’il s’est passé ce jeudi 25 juillet. Les premiers éléments d’explication du capitaine du vraquier Sunil Kumar Nandeshwar
et des marins sont mis à mal par le porte-parole de Mitsui OSK Lines (MOL) dans une déclaration à Forbes, le 10 octobre et repris par le journal spécialisé en ligne, hellenicshippingnews.com.

«Notre flotte dispose de la connexion internet la plus mise à jour fournie par Inmarsa (premier fournisseur internet par satellite maritime au monde), et elle n'est pas non plus facturée à l’équipage, et cela depuis l’année derrière.» 

L’opérateur du MV Wakashio a révélé que les membres d’équipage des navires MOL ont accès illimité et gratuit à internet par satellite, à bord et en mer. Cela signifie qu’il n’était pas nécessaire de rechercher une connectivité internet sur la côte.

Rappelons que la première version était que le capitaine et le First Officer Hitihamillage Subodha Janendra Tilakaratna ont navigué dans des mauvaises conditions météorologiques. Sauf que cette version ne tient pas la route car le temps était clément.

Mercredi 14 Octobre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.