Menu

Politique

Nations Unies : Pravind Jugnauth chouine encore et toujours pour récupérer les Chagos


Rédigé par E. Moris le Lundi 26 Septembre 2022

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, à la tribune des Nations unies dans le cadre de l’assemblée générale des Nations unies, a évoqué plusieurs projet sur l’environnement avant de parler du dossier Chagos et de Tromelin.



Comme chaque année depuis plus de deux ans, le Premier ministre mauricien a évidemment évoqué le dossier Chagos durant son intervention à la tribune des Nations Unies.

A New-York après avoir assisté avec son épouse aux funérailles de la Reine Elizabeth II et un selfie avec le nouveau roi, il a encore une fois demandé à la Grande-Bretagne de se retirer de l'archipel. Pravind Jugnauth s'est appuyé sur les victoires de Maurice devant la Cour internationale de Justice, l'Assemblée générale des Nations unies et la Chambre spéciale du Tribunal international des droits de la mer.

Il a déploré le fait que la Grande-Bretagne n'a pas respecté les décisions et résolutions votées qui confirment toutes que le droit international reconnaît l’archipel des Chagos comme ayant toujours fait partie intégrante du territoire de Maurice. Pour Pravind Jugnauth, l’occupation d’une partie du territoire de Maurice retarde la mise en œuvre du programme de rapatriement des Mauriciens d’origine chagossienne. Pour lui, la Grande-Bretagne est en mesure de corriger cette erreur historique et réécrire un chapitre sombre de son histoire. Il a fait un appel à la nouvelle Première ministre Liz Truss à mettre en œuvre la résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies en soutenant la décolonisation de l’archipel des Chagos et en favorisant le rapatriement de ses anciens habitants. Le Premier ministre a aussi rappelé que Maurice ne va pas remettre en question l'installation de la base militaire américaine sur Diego Garcia, en raison de sa contribution à la paix régionale.

Lundi 26 Septembre 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.