Menu

Société

National Drug Control Master Plan : le rapport Lam Shang Leen n'a servi à rien


Rédigé par E. Moris le Dimanche 10 Octobre 2021



Un manque de volonté de la part des autorités, à prendre des mesures concrètes dans la lutte contre la drogue.

Alors que la situation ne fait qu'empirer à Maurice, tous ces rapports et plans de réhabilitation ne servent qu'à amadouer l’électorat. En mai 2021, Pravind Jugnauth avait indiqué suite à une question du député Reza Uteem, qu’à février 2021, 204 des 390 recommandations ont déjà été mises en œuvre. 

Rappelons que le rapport de la Commission d’enquête sur le trafic de drogue date de juillet 2018. Pravind Jugnauth avait aussi souligné que 53 recommandations pourraient nécessiter des amendements législatifs qui sont à l’étude au niveau de différents ministères et départements.

Qu'en est-il à ce jour ? Qui a profité de ce rapport ? Rappelons que la commission d’enquête sur la drogue avait débuté ses travaux le 4 novembre 2015. Elle a auditionné 317 personnes, dont des députés, des membres de la force policière, des avocats, des prisonniers et différents acteurs tant du secteur privé que public.

L'ancien juge Paul Lam Shang Leen avait facturé Rs 17 250 000 pour ses prestations. Au total Rs 31 millions pour 260 pages d'un document truffé d'inexactitudes selon ceux qui réclament des dommages et intérêts. Et ils sont nombreux ! Qui plus est les recommandations de la commission seraient, pour la plupart, difficiles voire impossibles à appliquer.

Les deux assesseurs de la commission d’enquête, l’ancien ministre Samioullah Lauthan et Ravind Kumar Domun, Acting Director Health Services, ont réclamé Rs 3,5 millions chacun. Rs 600 000 pour le secrétariat de la commission sous la responsabilité du Permanent Secretary Koosiram Conhye. Rs 500 000 pour l’assistant-surintendant de police Hector Tuyau, qui a collaboré avec la commission d’enquête.
Rs 300 000 pour chaque policier de son équipe, composée majoritairement d’éléments de l’Anti-Drug and Smuggling Unit.

Dimanche 10 Octobre 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.