Menu


Economie

Munir Lallmahamood, CEO de la Century Banking, interrogé par l'ICAC pour transactions frauduleuses


Rédigé par E. Moris le Dimanche 6 Septembre 2020

Century Banking Corporation, qui opérait dans la finance islamique, fait l’objet d’une enquête de la Commission anticorruption.



C’est avec effet immédiat que la Banque de Maurice a pris la décision de révoquer le permis de Century Banking Corporation qui opère dans la finance islamique.

Huns Biltoo, de la firme KPMG, a été nommé Receiver de l’établissement. La Banque centrale reproche à l’établissement de ne pas avoir remédié à plusieurs failles au niveau du système de contrôle interne et le respect de règles liée aux législations pour prévenir le blanchiment et le financement du terrorisme.

L’ancien Premier ministre malaisien Najib Razak a été reconnu coupable des sept chefs d’accusation dans le premier de plusieurs procès pour corruption de plusieurs millions de dollars. Il a été condamné à 12 ans de prison.

Le scandale en Malaisie, avec la condamnation de l’ancien Premier ministre Najib Razak, aurait un lien avec la révocation de la licence de Century. Néanmoins, l’Icac et d’autres organismes estiment qu’il y a eu transferts d’argent illicites qui auraient transité à travers l’établissement pour atterrir en Thaïlande.

Le CEO de l’établissement, Munir Lallmahamood a été interrogé dans les locaux de la Commission anticorruption par les hommes de Navin Beekarry le vendredi 4 septembre. 

L'ICAC soupcçonne que plusieurs millions de roupies ont transités à Maurice via la Century Banking Corporation Ltd. Le Chief Executive Officer a été longuement questionné sur l’absence de respect des procédures bancaires. Munir Lallmahamood a été autorisé à rentrer chez lui, mais devra retourner à l’ICAC dans les jours à venir.
 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.