Edito de Moris

Mufti Ismail Menk : un invité qui embarrasse la diplomatie mauricienne

Lundi 9 Juillet 2018

Mufti Ismail Menk : un invité qui embarrasse la diplomatie mauricienne
La venue à l’île Maurice du prédicateur zimbabwéen mufti Ismail Menk, révélée par Zinfos Moris, n'a pas laissé indifférents les autorités et les services de renseignement. Il est annoncé dans une tournée comme une rockstar alors qu'il est interdit de territoire à Singapour. 

Sa présence sur l'île survient à peine deux mois après la marche illégale contre la communauté LGBT à Port-Louis. La Marche des Fiertés a été annulée le 2 juin, suite aux menaces de groupuscules extrémistes. 

Si Mufti Menk connaît une grande popularité à travers le monde c'est grâce à ses millions d'adeptes sur les réseaux sociaux qui sont abonnés à ses vidéos. 

La jeune génération a grandi avec ces gourous des temps modernes, qui allient charisme, humour, un brin d'irrévérence et de provocation. Ils ont la parole facile et le sermon victimaire.

Ces personnages controversés provoquent souvent la censure, ce qui leur donne l'occasion de se présenter comme des "martyrs" ou "victimes" des "oppresseurs". Dans un schéma classique, la "communauté" créé sur les réseaux sociaux vient à la rescousse.

En 2013, à l’initiative des syndicats étudiants et des responsables, six universités britanniques (Oxford, Leeds, Liverpool, Leicester, Cardiff et Glasgow) lui ont refusé le droit d'y tenir ses conférences. Une procédure de vigilance était déclenchée car le prédicateur est connu pour être ouvertement homophobe. 

Si on apprend par la suite que Mufti Menk a été interdit de prêcher à Singapour depuis 2015, on sait aussi que depuis octobre 2017, le gouvernement de Singapour a interdit le prédicateur islamique d'entrer dans le pays. Il est accusé de favoriser la discorde religieuse et prêcher des "enseignements ségrégationnistes et diviseurs". 

Aux détracteurs qui n'y verront que complot, cette décision avait été prise après consultation du Conseil religieux islamique de Singapour (Muis).

Et pour donner de la force à cette courageuse décision, le gouvernement de Singapour avait déclaré :

"De telles opinions créent l'intolérance et nuisent à l'harmonie sociale (sic). Ils sont inacceptables dans le contexte de la société multiraciale et multi-religieuse de Singapour". 

Depuis deux décennies, l'île Maurice se vante d'être le petit Dragon de l'océan Indien en prenant comme modèle le modèle singapourien. 

Et pourtant l'île Maurice démontre encore une fois qu'elle n'a pas la même rigueur pour préserver l'harmonie sociale. Après les provocations répétées de Javed Meetoo, prédicateur fiché par les services de renseignement sur le plan local et international comme un individu qui revendique ouvertement son appartenance à un groupe islamiste et terroriste, c'est le silence du gouvernement mauricien qui inquiète après qu'un individu soit invité et la venue organisée par une association socioculturelle, la Surtee Soonnee Mussalman Society.

Alors que le Mufti Menk est banni et interdit de prêche pour propagande pouvant troubler l'harmonie d'un pays notamment à Singapour, les mauriciens sont en droit de demander qu'elle est au final le message du gouvernement. Va t-il se réfugier dans un silence dont il a le secret ?

Rédigé par E. Moris le Lundi 9 Juillet 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.