Menu

Société

Motion de radiation des charges : Bruneau Laurette reste en détention policière


Rédigé par E. Moris le Lundi 5 Décembre 2022



Inculpé provisoirement de trafic de drogue et de possession illégale d’arme à feu, à la suite d’une saisie le 4 novembre dernier, de 46 kilos d’haschisch à son domicile à Petit-Verger, St-Pierre, l'activiste Bruneau Laurette s'est présenté ce lundi 5 décembre, en cour de Moka. 

Me Shakeel Mohamed, a demandé que les accusations provisoires retenues contre son client soient rayées. Cette requête a été débattue vendredi dernier. La poursuite, représentée par Me Roshan Varma Santokhee, Principal State Counsel, s’est opposée à la motion de radiation des accusations provisoires. Ce lundi 5 décembre, à la suite des débats, Bruneau Laurette reste en détention policière jusquà sa prochaine comparution le mercredi 7 décembre. La motion de sa remise en liberté est attendue le vendredi 16 décembre.

Rappelons que le rapport du FSL n’a identifié aucune drogue synthétique suite à la saisie alléguée de drogue chez l’activiste Bruneau Laurette, la charge provisoire de possession de drogue synthétique portée à son encontre a été rayée en cour de Moka. Notons toutefois que selon le rapport, les Rs 231 millions de drogue retrouvés dans la BMW de Bruneau Laurette sont du haschisch et que la substance retrouvée dans un sac en plastique dans la cuisine de l’activiste n’est pas de la drogue, mais des graines de Shia.

Rappelons qu’après 21 jours, tout suspect qui reconduit en détention l’est à la prison et non plus dans une cellule policière. Cependant, Me Shakeel Mohamed a objecté à la demande du Police Prosecutor. Il a déclaré qu’il souhaite avoir accès à son client dans le cadre de la motion. Il a ajouté que cela est difficile en prison étant donné qu’il faut que la demande soit faite 48 heures au préalable.

Lundi 5 Décembre 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.