Menu


Faits Divers

Mort en cellule de Caël Permès: Révélations troublantes de deux détenus aux enquêteurs


Rédigé par E. Moris le Lundi 11 Mai 2020



L’enquête de la Major Crime Investigation Team se poursuit et les éléments obtenus sont assez surprenants.

Ainsi, les enquêteurs ont découvert, grâce aux images des caméras CCTV, qu’un gardien de prison a désactivé certaines caméras de surveillance le 5 mai, juste avant l’arrivée du détenu.

Trois détenus ont signifié leur désir de témoigner. Ils soutiennent qu’ils auraient entendu des cris provenant de la cellule de Jean Cael Permes ce soir-là.

Caël Permes a été retrouvé mort dans la Special Protection Cell N0 1 de la prison de haute sécurité à La Bastille, à Phoenix. Cela, environ quatre heures à peine après son arrivée de la prison centrale de Beau-Bassin où il était jusque-là incarcéré. Le rapport d’autopsie a confirmé des traces de blessures sur le corps du défunt et un examen du van dans lequel il a été transféré a permis de découvrir des traces de sang. Jean Caël Permess avait des ecchymoses au dos, au postérieur et au coude gauche. Il avait aussi le poignet droit disloqué.

Deux détenus, Kusraj Lutchigadoo et Siddick Islam, alias Ner, dont les cellules se trouvent a proximité que celle qu’occupait Jean Gaël Permés, 29 ans, ont donné une déposition hier, lundi 11 mai, en présence de Me Rama Valayden.

Kusraj Lutchigadoo a affirmé avoir vu une dizaine de gardiens de prison impliqués dans l’agression mortelle du détenu Permès. Siddick Islam, incarcéré depuis le 4 mai 2018, a révélé l’heure auxquelles ces incidents se sont déroulés.

De son côté, Me Valayden a des appréhensions concernant la sécurité des deux prisonniers qui ont témoigné, il en fait part au commissaire de la prison.

A noter, que le témoignage d'un troisième détenu Vishal Shibchurn, est prévu ce mardi 12 mai.

Rappelons que quatre gardiens affectés à l’équipe d’intervention de la Correctiona Emergency Response Team  (CERT) ont été arrêtés vendredi matin. Ils répondent d’une accusation provisoire de meurtre.

A lire également : Résidence St-Claire : des funérailles version Casa del Papel dans le collimateur de la police


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.