Justice

[Mise en liquidation d’Airway Coffee] Nandanee Soornack perd son appel contre AML/ATOL

Mardi 25 Septembre 2018

Mardi 24 septembre, en Cour suprême, lappel interjeté par la femme d’affaires Nandanee Soornack, dans le but d’interdire la mise en liquidation de sa compagnie, Airway Coffee, qui se trouvait dans l’enceinte de l’aéroport de Plaisance, a été rejeté.


[Mise en liquidation d’Airway Coffee] Nandanee Soornack perd son appel contre AML/ATOL
Le chef juge, Kheshoe Parsad Matadeen, et le juge David Chan ont maintenu le verdict de la cour commerciale, prise par la juge Rehana Mungly-Gulbul le 5 mai 2016.

Elle avait nommé Yuvraj Thacoor liquidateur provisoire de la compagnie de Nandanee Soornack. Contestant cette décision, la femme d’affaires avait interjeté l'appel.

La femme d’affaires, Nandanee Soornack a retenu les services du Senoir Counsel, Me Razack Peeroo et Me Assad Peeroo, du Peeroo Chambers. 

AML et ATOL avaient soutenu qu’Airway Coffee n’avait pas payé ses loyers. Les deux sociétés avaient insisté pour que la compagnie de Nandanee Soornack soit mise en liquidation.

Au 3 février 2016, Airway Coffee  devait  à Airports of Mauritius Co Ltd (AML) et à Airport Terminal Operations Ltd (ATOL) la somme totale de Rs 82 141 323.

Les dettes envers AML dataient de juillet 2011 et, envers ATOL, de septembre 2013.

Selon la juge Rehana Mungly-Gulbul, Airway Coffee n’a pu se conformer à la demande statutaire formulée par les deux sociétés plaignantes.

Lors de son procès en appel devant la Cour suprême, Airway Coffee avait soulevé 11 points d’appel.

Elle avait indiqué que c’est Airports of Mauritius qui a refusé de mettre à exécution l’accord ratifié en 2014 pour le remboursement de Rs 83 millions sur une période de deux ans. 




 

Rédigé par E. Moris le Mardi 25 Septembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.