Menu



Faits Divers

Meurtre du taximan Farouk Chaumun: Plusieurs traces d’ADN sur l’arme du crime


Rédigé par E. Moris le Jeudi 29 Octobre 2020



Un des enquêteurs qui tentent d’élucider le meurtre du taximan Farouk Chaumun a fait un aveu surprenant en cour mercredi.

Interrogé par Rama Valayden, l’avocat de Riyad Chaumun, fils de la victime et principal suspect pour l’heure, il a indiqué que plusieurs traces d’ADN ont été retrouvées sur l’arme du crime, c’est-à-dire le couteau.

C’est justement la défense de Riyad Chaumun jusqu’ici. Il avait été arrêté parce que son ADN se trouvait sur le couteau en question. Il avait déclaré que c’était tout à fait normal étant donné qu’il utilisait ce couteau couramment. Mais là, l’enquêteur est venu confirmer sa défense, en soulignant qu’outre le sien, les traces d’ADN de sa mère (l’épouse du taximan), de son épouse à lui (la belle-fille du taximan) et d’une personne non-identifiée ont aussi été trouvées sur l’arme du crime.

Rappelons que Farouk Chaumun a été retrouvé mort en novembre 2018. Il gisait dans une mare de sang dans la cour familiale à Quatre-Bornes. Un couteau de cuisine se trouvait à proximité du corps. L’autopsie avait attribué son décès à une «slash wound to the neck». Rappelons que Riyad Chaumun a été provisoirement inculpé d’assassinat.

Jeudi 29 Octobre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.